Le Français Fabrice Tourre coupable de fraude

Il aura fallu un peu plus de 24 heures aux neuf jurés de l’affaire SEC v. Tourre pour se mettre d’accord : l’ex-trader français de Goldman Sachs Fabrice Tourre est reconnu coupable de six des sept chefs d’accusation dont il faisait l’objet.

L’annonce du verdict clôt deux semaines de procès complexes, techniques, riches en jargon financier. Fabrice Tourre, 34 ans, était accusé par la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse, d’avoir caché à ses clients qu’un grand hedge fund, Paulson & Co, allait spéculer contre un portefeuille d’obligations (nommé Abacus 2007-AC1) qu’il leur vendait. Les faits remontent à début 2007, juste avant l’effondrement du marché de l’immobilier.

Le régulateur boursier américain s’est félicité du verdict dans un communiqué. “Nous sommes heureux du verdict du jury qui a jugé M. Tourre coupable de fraude. Nous allons continuer à vigoureusement chercher à rendre responsable et à amener devant la justice si nécessaire les auteurs de fraudes à Wall Street».

Pendant ce procès, l’un des seuls à découler des investigations de la SEC sur les causes de la crise financière, les avocats du Français ont tenté de démontrer que ses clients, notamment la société financière ACA, étaient au courant des intentions de Paulson et que Fabrice Tourre, vice-président à Goldman Sachs à l’époque, a agi avec l’aval de ses supérieurs et en toute transparence vis-à-vis de son équipe. A l’aide d’e-mails personnels et professionnels, d’extraits de contrats et de documents marketing, la SEC a voulu réfuter ces points. Selon elle, M. Tourre a délibérément induit en erreur les investisseurs et leur a caché le fait que Paulson avait activement participé à la sélection des obligations contenues dans Abacus 2007-AC1, alors qu’il avait intérêt à ce qu’elles s’effondrent. La transaction a rapporté un milliard de dollars à Paulson & Co.

Fabrice Tourre était accusé notamment de fraude boursière, de gains illicites, de négligence et de tromperie intentionnelle. Il encourt une amende de 5.000$ à 130.000$ par chef d’inculpation –  la somme sera fixée par la juge Katherine Forrest, qui a supervisé la procédure. La SEC pourrait également décider de lui interdire de travailler sur Wall Street.