Pourquoi les lave-linge américains ne lavent-ils pas bien ?

Coluche disait en référence à une célèbre publicité : « Laver plus blanc que blanc, je ne vois pas bien ce que c’est. Moins blanc que blanc, oui. Je me doute. C’est gris clair. » A croire qu’il avait lavé son linge aux Etats-Unis. Car gris clair, c’est exactement la teinte que prendra votre linge blanc après quelques passages dans une machine à laver américaine.

Pourquoi les lave-linges américains sont aussi peu performants ? C’est la question bête de la semaine.

Si vous utilisez régulièrement un de ces monstres, vous savez que, en plus de ternir votre linge et de ne pas faire partir les taches, ils ont tendance à user, voire déchiqueter vos habits.

« Les machines américaines sont plus grandes car ici on a plus de place, plaisante Alberto Garcia, revendeur de lave-linge à Austin. Mais surtout, les deux systèmes obéissent à des philosophies différentes», explique-t-il. Les machines européennes fonctionnent sur le principe du barbotage (tumbling) avec un tambour qui tourne sur un axe horizontal à petite vitesse et dans les deux sens, pour que le linge sorte de l’eau et y retombe du haut du tambour à chaque rotation. La grande vitesse assure l’essorage. Dans les machines américaines, le linge est immergé dans l’eau et remué par un agitateur à pales verticales qui ont de petits mouvements alternatifs. C’est le principe de l’agitation. Agitation ou barbotage… C’est bien la preuve qu’à un problème existe plusieurs solutions. Sauf que dans le cas présent, un système apparaît bien supérieur à l’autre.

Pourquoi ? Première raison : les équipements américains ne chauffent pas l’eau, mais utilisent l’eau du robinet. Impossible donc de laver votre linge à 90 degrés pour faire partir les taches difficiles. Vous n’avez généralement le choix qu’à trois options : chaud, tiède et froid.

Deuxième raison : leur consommation d’eau. Comme beaucoup de choses aux Etats-Unis, les lave-linge n’ont pas été conçus avec un souci d’économie. Avec leur cuve gigantesque, ils consomment en moyenne trois fois plus d’eau que leurs alter egos européens (15 gallons contre 45).

Troisième raison : les machines “lavent” en 30 minutes. Comme elles n’ont pas besoin de temps pour chauffer l’eau, le cycle est raccourci. D’autre part, l’agitation, plus agressive que le barbotage, est plus dure avec le linge et donc les cycles durent moins longtemps. Les enzymes des lessives ont donc moins de temps pour agir.

Quatrième raison : l’essorage est plus lent dans le système américain. Le linge a donc besoin de plus de temps pour sécher.

Si les machines européennes sont tellement efficaces, pourquoi les Américains n’utilisent-ils pas le même système ? « Je ne vends jamais de machines européennes. Je n’en ai pas à vendre et personne ne m’en demande. Je pense que les gens ici ne savent même pas qu’il existe un système diffèrent. Pourquoi donc voudraient-ils en avoir ? »