L’ancien et le nouveau monde de Cyprien Gaillard au MoMa PS1

Agenda

Cyprien Gaillard, "The Crystal World", jusqu'au 18 mars au MoMA PS1.

Tous les jours sauf le mardi et le mercredi, 22-25 Jackson Ave, Long Island City, NY 11101

Plus d'informations ici 

Au XVIIIè siècle, Hubert Robert, l’un des principaux artistes français de cette époque, avait peint une vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en Ruines. A la même époque, Denis Diderot, à propos de la peinture de Claude Vernet, disait que “qu’il faut ruiner un palace pour le rendre intéressant”. Lors de son voyage aux Etats-Unis, en 1830, Alexis de Tocqueville avait été touché par la beauté de ce pays mais n’avait pu s’empêcher de l’associer à l’extrême violence qui y régnait, cette “conscience de la destruction”.

Près de 300 ans plus tard, Cyprien Gaillard semble emprunter la trajectoire de ces trois hommes, mêlant “violence” et “beauté” dans une exposition spectaculaire, qui rassemble une grande partie de son travail.

“The Crystal World”, visible au MoMA PS1 jusqu’au 18 mars, questionne encore la nature, et l’empreinte que l’homme y laisse. Gaillard fait le rapprochement entre architecture contemporaine et ruines anciennes. Dans les deux cas, la nature semble là, sur le point de reprendre son bien.

C’est en Allemagne et en Suisse (“Swiss Ruins”) que Cyprien Gaillard a commencé ce travail et c’est aux Etats-Unis, assez logiquement, qu’il continue son entreprise de démolition de l’urbanisme moderne. Découpé en plusieurs parties, l’exposition (située au troisième étage du MoMA PS1) alterne photo et vidéo, petite et grande oeuvre. “The lake Arches” (court métrage où un jeune homme se casse le nez dans un décor apocalyptique) et “Série d’analogie géographiques” (séries de collages réalisés entre 2006 et 2008) sont logiquement restituées dans cette exposition. En collant des logos de bouteille de bière américaines sur de vieilles cartes postales et des photos personnelles prises aux quatre coins des Etats-Unis, Cyprien Gaillard établit avec “Flood of the Old and New World” un nouveau lien entre ancien et nouveau monde, consommation et destruction.

Là n’est pourtant pas la grande oeuvre de cette exposition. Les visiteurs s’arrêteront certainement longtemps devant “Artefacts 2011”, l’oeuvre monumentale de Cyprien Gaillard, montrée pour la première fois aux Etats-Unis. Réflexion sur le mythe de Babylone, ce film, diffusé en boucle (et couvert par l’entêtant tube de David Gray… “Babylon”) met en parallèle des scènes de post-conflit en Irak avec des images de monuments de la civilisation antique. Tourné avec le téléphone de l’artiste, ces vidéos ont ensuite été transférés au format 35 mm. L’ancien et le nouveau monde. Encore et toujours.

Agenda

Cyprien Gaillard, "The Crystal World", jusqu'au 18 mars au MoMA PS1.

Tous les jours sauf le mardi et le mercredi, 22-25 Jackson Ave, Long Island City, NY 11101

Plus d'informations ici