La SNCF rattrapée par son passé en Californie

Un projet de loi visant directement le passé de la SNCF pendant la Deuxième Guerre Mondiale est sur le bureau d’Arnold Schwarzenegger pour signature. Le texte a été entériné mercredi par le parlement californien, par un vote final à l’Assemblée 50 voix contre 7. Si le gouverneur le ratifie, les entreprises candidates aux appels d’offres pour le futur TGV devront faire toute la lumière sur leurs participation au transport de prisonniers et décrire les réparations accordées aux victimes… Or, la SNCF a transporté des milliers de prisonniers vers les camps de la mort.

Denis Douté est arrivé à Palo Alto en juillet. Installé pour deux ans avec sa femme et ses deux enfants, ce cadre dirigeant d’expérience de la SNCF travaille sur la candidature de l’entreprise publique française dans le dossier du futur TGV San Francisco-San Diego. Le projet global est estimé à 43 milliards de dollars et devrait voir le jour en 2020. Mais aujourd’hui, Denis Douté est sur le grill… Il doit s’assurer que la SNCF aura toutes ses chances dans les futurs appels d’offres pour le développement, la maintenance et l’exploitation du TGV californien, projet sur lequel l’entreprise publique française travaille depuis…1984! Un projet de loi, présenté par le démocrate Bob Blumenfield, risque fort de lui mettre des bâtons dans les roues. Le député estime “normal que l’argent du contribuable aille uniquement à des entreprises prenant leurs responsabilités”.

Il demande aux sociétés de transport candidates de faire amende honorable sur leurs actes pendant la Guerre. “J’ai présenté ce texte de loi en pensant à deux survivants de l’Holocauste qui vivent dans ma circonscription de San Fernando. Demain, eux et leurs familles risquent de voir passer devant chez eux un train exploité par l’entreprise qui les a emmenés vers les camps de la mort!” Denis Douté affirme de son coté que la SNCF est pour la transparence. “D’ailleurs nous avons commandé en 1992 un rapport sur le rôle de la SNCF pendant la Guerre. La SNCF était soumise à la loi allemande. Si le personnel contrevenait aux ordres, il risquait les tribunaux allemands et la peine de mort. Voilà les conditions dans lesquelles la SNCF a reçu l’ordre de transporter des prisonniers vers les camps, transports organisés par les Allemands, pas par la SNCF“. Denis Douté a fait traduire en anglais le rapport Bachelier, “car notre première mission est de rétablir la vérité. La SNCF a agi sous la contrainte“.

Mais selon Bob Blumenfield, “si la SNCF utilise cette ligne de défense pour remporter un contrat ici, elle risque d’avoir de sérieux problèmes, car d’autres compagnies dans la même situation ont fait amende honorable et accordé réparations” Bob Blumenfield espère en effet que sa loi poussera la SNCF à indemniser les victimes. Car à ce jour, la SNCF n’a jamais indemnisé personne, c’est l’Etat qui l’a fait. Le gouverneur Arnold Schwarzenegger a jusqu’au 30 septembre pour ratifier le texte ou y opposer son veto. Si la loi est signée, elle entrera en vigueur le 1er janvier prochain, les appels d’offres étant prévus courant 2011.