La Piketty-mania en douze articles

La “Révolution Piketty” , “le nouveau révolutionnaire“: Depuis la sortie du Capital au XXIe siècle, dans il explique l’accroissement des inégalités et plaide pour une plus forte taxation des hauts-revenus, l’économiste français ne cesse de passionner l’Amérique.

L’ouvrage est toujours un best-seller sur Amazon. Un tour de force quand on sait qu’il compte 696 pages. Voici ce qu’en dit la presse américaine :

Thomas Piketty recoit l’adoubement  remarqué du Prix Nobel d’économie Paul Krugman, dans les colonnes du New York Review of Books. Il lui consacre un long texte dans lequel il explique son soutien aux thèses de l’économiste français.

New York Magazine compare Piketty à Alexis de Tocqueville, en disant que le second a trouvé l’égalité en arrivant sur les rives américaines, tandis que le premier a fait le constat opposé.

Très friands d’articles sur Piketty, le New York Times le place dans la lignée des grands intellectuels, comme Susan Sontag et Allan Bloom (pourfendeur de l’éducation supérieure aux Etats-Unis). Dans un autre article, le quotidien explique que l’économiste est considéré comme une “rock star”. Il lui consacre aussi un portrait.

Salon parle de “Piketty Revolution” et s’interroge sur l’impact des thèses de Piketty sur le monde politique américain.

Le Washington Post propose dix conseils simples pour écrire un article sur Thomas Piketty, tels que “mentionner Alexis de Tocqueville” et “si vous êtes d’accord avec lui, appelez-le révolutionnaire“.

Sans surprise, le New Yorker consacre un (très) long article au Capital au XXIe siècle, en donnant une explication dense et détaillée de son contenu. S’il se montre sceptique vis-à-vis des propositions de Piketty, le magazine reconnait que  “quiconque intéressé par les grandes questions du moment ne peut se permettre de ne pas lire ce livre“.

Il y a bien entendu les sceptiques. Foreign Affairs juge les conclusions de Piketty sur la taxation des plus riches plus “idéologiques” qu’autre chose.

Le Wall Street Journal critique le livre du Français, arguant qu’il offre “peu d’espoir et beaucoup de récriminations.

Bloomberg aussi doute des taxations supplémentaires prônées par Piketty n’aideront pas la classe moyenne et ne permettront pas de réduire les inégalités (l’auteur précise ne pas avoir lu le livre).

Forbes énumère les six éléments qui, selon lui, font que le livre de Piketty ne tient pas la route.