La Francophone Charter School d’Oakland fait sa première rentrée

Certains enfants se sont déjà fait des copains, d’autres ont du mal à quitter les bras de leur maman…

Nous sommes bien un premier jour d’école. Cartables sur le dos, tous découvrent, lundi, les classes colorées et fraîchement rénovées de la Francophone Charter School d’Oakland.

Comme il se doit, les cinq professeurs (quatre francophones et un anglophone) sont là pour accueillir les élèves et rassurer les parents. Il faut dire que ce n’est pas une rentrée comme les autres : ici, les enfants âgés entre 5 et 10 ans vont apprendre le français, une langue dont ils ne connaissent souvent pas un seul mot.

“Important d’être bilingue”

« Il y a beaucoup de travail à faire » reconnait Mathilde Touchais, professeur en charge de la classe de TK (transitional kindergarten). Mais pour cette Française arrivée il y a tout juste trois semaines aux Etats-Unis, pas de panique : « On ne parle qu’en français mais au début on fait beaucoup de choses de la vie quotidienne comme se laver les mains, ranger le matériel dans la classe… Ce sont des choses très concrètes donc les mots viennent tout seul. Les enfants apprennent à les dire simplement ou en chantant ».

Pour sa part, Sage, 4 ans, semble fin prête. Il faut dire qu’elle est déjà capable de se présenter en français, une petite avance qu’elle doit à son papa originaire de Côte d’Ivoire. Rissa Hernandez – sa maman – est ravie. Elle tenait à voir sa fille dans ce genre d’établissement : « Je crois que c’est important d’être bilingue. Ca va être nouveau pour elle mais elle est intelligente et c’est l’âge parfait pour apprendre».

 

120 inscrits

Les mêmes raisons ont poussé Meziane et Gigi Kechabia, un couple d’Algériens, à inscrire leur fille Inès. « J’étais moi-même parent volontaire pour faire connaitre  l’école, confie le père. On a toujours voulu que notre fille parle français car on parle berbère à la maison. Il y a d’autres écoles bilingues ici mais elles coûtent vraiment trop cher et on ne pouvait pas se le permettre. Alors, dès qu’on a entendu parler de cette école, on a sauté sur l’occasion ». Une belle opportunité dont devrait également profiter à son tour la petite sœur d’Inès, dès l’année prochaine.

Une fois les petits confiés à leur professeur, les parents ont été invités à partager un café et quelques mots avec les directeurs de l’école. Renae Waneka a tenu à remercier tout le monde, heureuse de voir se concrétiser ce qui n’était qu’un projet il y a trois ans.

Cette maman de deux petites filles ne peut en effet que se réjouir du chemin parcouru : « On a eu cette idée en 2012 avec d’autres parents en voyant s’ouvrir l’école à charte franco-américaine de Santa Rosa. On voulait faire la même chose mais côté East Bay ! Aujourd’hui nous avons des classes qui vont du TK au 3rd grade. Nous comptons 120 élèves, nous avions pour but d’en avoir un maximum de 130… On n’est donc pas loin du compte !»