La France veut vendre le luxueux duplex de son Ambassadeur à l’ONU

Pour renflouer les caisses de l’Etat, rien de tel qu’une bonne opération immobilière. C’est ce que la France envisage de faire à New York, en mettant en vente un somptueux appartement qu’elle possède au 740 Park Avenue, selon des informations de French Morning.

Ce duplex, qui sert de résidence au Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, pourrait être mis en vente entre 35 et 40 millions de dollars, d’après les estimations d’agents immobiliers. La mission francaise à l’ONU n’a pas souhaité faire de commentaires.

Si cet appartement vaut si cher, c’est avant tout parce que l’adresse est légendaire. Cet immeuble résidentiel d’une trentaine d’appartements, construit en 1929, est réputé comme étant l’un des plus prestigieux de Manhattan. Peuplé de milliardaires, ce « power building » est devenu «  l’épicentre des gens qui dirigent le monde », comme l’affirme le journaliste Michael Gross, auteur du livre “740 Park”, dans un documentaire diffusé sur Arte fin 2012 (voir la version en ligne).

Dans son livre, Michael Gross raconte que Jackie Kennedy y a passé son enfance, que John Rockefeller Junior y a longtemps possédé un appartement, tout comme les plus hauts dirigeants de la Standard Oil Company, d’American Express, de la Chase Bank, de Chrysler, ainsi que les héritiers des plus grandes familles américaines (les Vanderbilt, les Marshall Field, les Brewsters…)

Aujourd’hui, l’immeuble abrite des magnats de la finance, comme Stephen Schwartzman (Blackstone Group) et John Tain, ex PDG de Merryll Lynch. La designeuse Vera Wang y a acheté un appartement pour 23 millions de dollars en 2007. L’industriel David Koch, et l’héritier de la maison Estée Lauder font aussi partie des pensionnaires.

La vente de cet appartement, situé au 12e et 13e étage, serait donc très profitable pour l’Etat. D’autant qu’il a été acheté en 1978, avant le boom immobilier new-yorkais. Auparavant, l’ambassadeur était logé dans un autre appartement au 2e étage, acquis par la France en 1949, peu après la création de l’ONU.

Cette opération permettrait aussi de faire des économies substantielles, alors que les charges de ce type d’immeubles, qui comportent une batterie de portiers, de concierges et d’agents d’entretien, se comptent en dizaines de milliers de dollars. « Entre 10.000 et 20.000 dollars par mois », estime un agent immobilier new-yorkais.

Toutefois, même si l’adresse est mythique, les intéressés ne courent pas les rues. Dans ce type de résidences (« co-op »), on est sommé de payer cash, et de disposer d’un matelas de plusieurs millions de dollars sur son compte pour postuler. Le magazine immobilier Curbed raconte qu’un duplex du 740 a été mis en vente 35 millions de dollars en 2009, et n’a pas trouvé preneur pendant près de trois ans. C’est finalement un associé de Goldman Sachs qui l’a emporté pour… 23 millions. Toutefois, en 2012, un autre duplex, aux mêmes étages que celui de l’ambassadeur à l’ONU, été vendu 52 millions de dollars à un financier. Un record absolu.

Et même en disposant des fonds nécessaires, la partie n’est jamais gagnée. Le conseil d’administration des propriétaires du 740, qui valide les candidatures, est réputé pour sa férocité. La légende raconte que plusieurs stars, comme Barbara Streisand, s’y sont cassé le nez.