Plainte de Paris contre Fox News: la presse US n’y croit pas

Selon Anne Hidalgo, maire de Paris, les choses sont bien claires. Fox News a “insulté” sa ville, et elle ne se laissera pas faire. D’où son intention d’intenter un procès à la chaîne américaine. Les médias américains, eux, semblent plutôt sceptiques.

CNN, en bon diplomate, rappelle que “des analystes judiciaires ont largement nié la probabilité qu’une poursuite puisse déboucher sur un succès“. Pour la chaîne, “une poursuite pour diffamation faite par une ville serait presque immédiatement rejetée“. En effet, au pays de l’Oncle Sam, une ville ne peut être juridiquement parlant “diffamée“. Anne Hidalgo ne pourrait donc pas, en théorie, porter plainte au nom de la capitale. Sauf que selon le magazine Rolling Stone, “bien que l’idée qu’une ville attaque en justice une chaîne nationale soit rare, elle n’est pas sans précédent“. Une ville brésilienne aurait poursuivi CNN, et gagné !

On en arrive donc au second obstacle: l’existence depuis 2010 une loi aux Etats-Unis, le “Speech Act”, spécifiquement destinée à protéger les médias contre ce type d’attaques. Si procès il y avait, celui-ci devrait donc jouer en faveur de la chaîne aux Etats-Unis.

Une version qu’appuie le New York Times: “Mme Hidalgo n’a pas dit quel genre de plainte elle pensait déposer, ni dans quelle juridiction. Les experts ont dit que la tentative parisienne échouerait très certainement aux Etats-Unis, étant données les protection du Premier Amendement et une décision de 1964 de la Cour Suprême qui dit que les municipalités ne peuvent pas obtenir des dédommagements liés aux reportages dans les médias“.

Quant à Bill O’Reilly, présentateur-vedette de Fox News,  il ne comprend pas pourquoi on s’attaque à un média “qu’on ne regarde même pas en France“. “Encore un coup de la gauche, voilà ce que c’est, a ajouté Bill O’Reilly, (…) c’est ridicule“.

Un analyste judiciaire travaillant pour CNN, Jeffrey Toobin, a expliqué que “le système a marché“, faisant allusion aux excuses répétées de Fox News – quatre coup sur coup. “Les tribunaux n’ont pas besoin d’être impliqués là-dedans” a-t-il estimé.

Le Media Law Resource Center a quant à lui estimé que si cette plainte ne marchait pas, c’était tout simplement “parce que rien ne ressemble à de la diffamation” dans cette affaire. Bref, les Américains ne sont pas prêts de prendre au sérieux les menaces de la maire de Paris. Le site Politico en tout cas, a l’air de bien s’en amuser : visiblement, ses journalistes n’ont pas raté une miette du Petit Journal sur Canal +, qui se moquait (légèrement) des dires de Fox News sur les “no-go zones”.

Le journal USA Today prend la défense de Fox News. “La liberté d’expression comprend la liberté de diffuser des informations partisanes n’ayant ni queue ni tête et la liberté de faire des erreurs. Si la liberté d’expression consiste uniquement à diffuser des pensées politiquement correctes, ce n’est pas vraiment de la liberté.

La menace de la maire de Paris contrevient aux idéaux de liberté d’expression, abonde le Washington Post. Même si Fox News a clairement fait des erreurs, quels dommages Paris pourrait-il mettre en avant devant un tribunal? Que les spectacteurs de Fox News ont annulé leur voyage de printemps à Paris cette année?

Le Chicago Tribune, lui, s’interroge : “depuis quand les médias d’information doivent être contrôlés  pour s’arrêter d’inventer des informations ?“. Selon le journal, “parfois, la menace (…) pourrait être nécessaire pour faire marcher le système“. Le journaliste ajoute qu’il ne faut pas oublier que les reportages de Fox News pourraient avoir “des conséquences sur la réalité“. Même après des excuses, les paroles “ne mourront pas“. En outre, selon le quotidien, plus les médias parlent de ce mensonge, et plus des politiciens “intelligents” lui accordent du crédit, plus “cela commence à sembler vrai“. Le Chicago Tribune souhaiterait que cette erreur serve de leçon, et qu’on invente un système qui agisse à la base du problème. “Et peut-être que la prochaine fois Fox y réfléchira à deux fois avant de se permettre de balancer des mensonges à l’antenne“.