Kyklo remet les catalogues de prises électriques au placard

Vendre des fusibles et des cables en ligne: ça ne vous fait par rêver? Et pourtant, Kyklo, start-up créée par deux Français, a levé il y a quelques semaines 8,5 millions de dollars auprès de grands noms du venture capital américain, preuve que la transformation digitale de secteurs immenses mais restés encore très traditionnels, fait saliver les investisseurs.

Avant de s’installer dans l’Etat de New York, Kyklo est né en Thaïlande. Cette start-up, qui aide les distributeurs électriques à lancer leurs sites d’e-commerce, a été fondée par deux français à Bangkok en 2015. « On travaillait tous les deux chez Schneider Electric, et en tant que vendeur et partenaire de distributeurs, on devait passer notre vie dans des catalogues papier ou PDF pour trouver des références de produits. Le marché avait un vrai besoin de se digitaliser », explique le CEO de Kyklo, Rémi Ducrocq. Avec son associé Fabien Legouic, ils décident de créer une plateforme de vente en ligne pour ces distributeurs, un catalogue sur-mesure qui référence les millions de produits de différents fabricants, et de la commercialiser sous forme de SaaS. Ils choisissent le nom grec Kyklo, qui signifie à la fois le cercle (augmenter le cercle d’influence des distributeurs, en les aidant à passer en ligne) et la Voie Lactée (créer une « galaxie » qui connecte les producteurs, distributeurs et clients de cette industrie sur une plateforme tech).

Début 2018, les deux français ont d’abord réalisé un premier tour de table de 1,5 million de dollars et ouvert un bureau à Singapour, puis ont rapidement identifié leur marché cible : les États-Unis, le plus gros marché individuel au monde. Le pays offre les plus belles perspectives de développement, dans un marché estimé à 640 milliards de dollars et alors que 80 % passent toujours par les circuits de distribution traditionnels. En juin dernier, Kyklo a installé son siège social américain à Buffalo, dans l’État de New York, pour plusieurs raisons : sa proximité avec les distributeurs situés dans les villes industrielles du Midwest comme Cleveland, Detroit, Columbus ou Indianapolis, mais aussi sa qualité de vie, la sécurité et bien sûr, des prix plus abordables que dans les grandes villes côtières.

Il y a quelques semaines, Kyklo vient d’annoncer avoir bouclé son tour d’amorçage (« seed ») à 8,5 millions de dollars, auprès de deux fonds de venture de renom : IA Ventures, qui a investi chez la success story française Datadog (le système de surveillance d’infrastructure du cloud, qui est entré au Nasdaq en septembre 2019 et vaut aujourd’hui 26 milliards de dollars en Bourse) et Felicis Ventures, un des premiers actionnaires de Shopify. Avec cet argent frais, le groupe compte investir dans la R&D de l’application, qui reste basée à Bangkok, afin d’ajouter encore des millions de références produits. Mais va aussi augmenter sa force de frappe marketing et commerciale aux Etats-Unis, avec une hausse de 50 % de ses effectifs d’ici un an.

La jeune pousse a aussi su obtenir le soutien des plus grands noms de l’industrie électrique. « Nous avons noué des partenariats avec Schneider Electric, Mitsubishi Electric Automation, Festo US ou encore Wago. Ces grands acteurs ont compris que notre plateforme était essentielle pour digitaliser et maximiser le réseau de distribution de leurs produits », ajoute Rémi Ducrocq. A ce stade, Kyklo a déjà créé un catalogue de 2,5 millions de références produits pour plus de 35 distributeurs. Il compte maintenant accélérer la cadence, et propose à ses clients distributeurs de lancer leur site e-commerce en un temps record, soit 30 jours voire même deux semaines pour les plus simples d’entre eux. L’ambition de Kyklo est simple et forte: prendre rapidement des parts de marché et devenir le leader mondial du secteur.