Kline-Bonnaire, duo gagnant de “Joueuse”

Hélène est une femme simple et  laborieuse. Femme de ménage, elle est levée à 5 heures tous les matins et ne vit que pour son mari, ouvrier dans les chantiers navals et sa fille Lisa, adolescente rebelle. Elle n’ose pas vivre pour elle. «C’est votre mari qui pense pour vous» lui dit Docteur Kröger chez qui elle vient faire le ménage. Hélène n’est pas soumise mais effacée jusqu’au moment où un jeu va bouleverser sa vie : les échecs.

D’une simple curiosité, les échecs vont devenir une passion envahissante, obsédante dont personne de son entourage ne saisit les règles du jeu. Hélène se met à pratiquer jour et nuit, partout, au restaurant avec des miettes de pain sur une nappe à carreau ou dans la salle de bain avec des bouteilles de shampoing. Cette soudaine passion la captive et l’éloigne de ses proches qui ne la reconnaissent plus pour ne l’avoir jamais regardée.

«Pour moi le cœur du sujet est comment par le biais d’une passion on peut s’épanouir dire qu’il n’est jamais trop tard pour faire changer le cours de sa vie même pour quelque chose d’a priori inutile comme un jeu» confie Caroline Bottaro, réalisatrice et scénariste du film d’après le roman La Joueuse d’échec de Bertina Henrich.

Progressivement, Hélène va devenir cette reine de l’échiquier, la pièce la plus forte, grâce aux conseils avisés du docteur Kröger, interprété par Kevin Kline. L’acteur américain jouait pour la première fois aux échecs… et en français pour ce film.

« Je n’avais pas envie que mon film soit franco-français. J’ai des origines allemandes et italiennes donc j’ai  l’habitude d’entendre des accents autour de moi» confie la réalisatrice qui n’avait tout d’abord pas pensé à Kevin Kline en écrivant ce rôle. Caroline Bottaro devait rassurer sur le plateau l’acteur rompu au jeu de la comédie.  « L’essentiel du travail avec lui était de lui dire de ne pas en faire de trop. Au début il était inquiet et me disait “tu ne crois que l’audience va se faire chier si je ne fais rien” », sourit la réalisatrice.

Quant à jouer en français et aux échecs, des coachs aidaient les acteurs sur le plateau. Un professionnel des échecs leur préparait la partie et ils devaient mémoriser les déplacements de pions.

Malgré quelques longueurs, des dialogues parfois trop faciles, ce film très en retenue reste attachant. Le duo Kline-Bonnaire y est pour beaucoup.  L’expérience de ce premier film n’est en tous cas qu’un début pour Caroline Bottaro qui pense déjà au prochain « J’ai commencé à écrire le scénario. Ce sera encore un portrait de femme mais bien différent. »

Sorti en 2009 en France, Joueuse (Queen to play) sort à New York et Los Angeles le 1er avril.

A New York:

Lincoln Plaza Cinema

Angelika Film Center

Lieux et horaires complets des projections ICI.