Jon Bon Jovi a une nouvelle passion: le rosé “made in France”

De gauche à droite : Jesse Bongiovi, Jon Bon Jovi, l'œnologue Jean-Baptiste Terlay et le vigneron Gérard Bertrand trinquent dans la salle d’assemblage des vins au Château l’Hospitalet, à Narbonne. Crédit photo: David Fritz Goeppinger

En savoir plus

Rosé "Diving into Hampton Water"
Lancement le 23 février aux Etats-Unis
Site ici

 

It’s my lifechantait Jon Bon Jovi en 2000. Dix-huit ans plus tard, la vie du rockeur américain va désormais se partager entre la musique et le vin.

La star de 55 ans a annoncé le lancement de son propre rosé, disponible dès le 23 février aux Etats-Unis. Produit dans le Languedoc, ce rosé est le fruit d’une rencontre entre Jon Bon Jovi, son fils Jesse et le vigneron Gérard Bertrand. “On a été présentés par un ami commun il y a un an. On a discuté autour d’un verre. Je nous ai découvert beaucoup de points communs. Jon Bon Jovi est un homme passionné par son métier et qui a le culte du détail”, explique Gérard Bertrand. Passionné de musique, le Français de 53 ans organise un festival de jazz chaque année dans son domaine l’Hospitalet à Narbonne.

Nous avions testé beaucoup de rosé en France, sans réussir à trouver le bon. Jusqu’à ce que nous rencontrions Gérardse souvient Jesse BongioviLe deuxième enfant de Jon Bon Jovi, 23 ans, n’a pas choisi la musique mais l’entreprenariat. Il s’est associé à son père pour développer le produit. “J’y travaille à plein temps depuis les huit derniers mois. Je m’occupe des opérations quotidiennes : démarcher les magasins, faire connaitre le rosé. Mon père est impliqué à un plus haut niveau”. 

Baptisé “Diving into Hampton Water“, le rosé fait référence à la région des Hamptons, située au nord-est de Long Island, dans l’État de New York. Un endroit où la famille Bongiovi avait l’habitude de passer ses vacances. “C’est un style de vie très similaire à celui qu’on trouve dans le Languedoc”, souligne Jesse Bongiovi. Les Hamptons abritent également de nombreux vignobles.

En appellation Languedoc, ce vin “premium” à base de cinsault, grenache et mourvèdre sera vendu 25$ sur le marché américain. “C’est un rosé léger et frais, qui révèle ensuite des notes vibrantes et intenses, résume Gérard Bertrand. Il ressemble finalement à une chanson, de l’introduction au refrain”.

En savoir plus

Rosé "Diving into Hampton Water"
Lancement le 23 février aux Etats-Unis
Site ici