Des jeunes Français brillent aux Oscars des étudiants

Infos pratiques

The Green Bird, distribué par UniFrance Film
Informations ici

Un oiseau vert, mi-autruche mi-dinosaure avec un cri de poule, traversant des péripéties loufoques : ce volatile est issu de l’imagination de cinq anciens étudiants de l’école du film d’animation MoPA à Arles (Marine Goalard, Irina Nguyen-Duc, Pierre Perveyrie, Quentin Dubois, Maximilien Bougeois) qui ont écrit, produit et réalisé le court-métrage “The Green Bird” pour leur projet de diplôme.

Près d’un an après l’avoir achevé, ils ont fait leurs premiers pas sur la scène hollywoodienne le jeudi 11 octobre, en recevant le prix du meilleur film international d’animation des Academy Student Awards, des récompenses décernées chaque année par l’Académie des Oscars pour récompenser les travaux des étudiants. “Quand on l’a appris, on a crié, sauté, on était fous”, se souvient Irina Nguyen-Duc. Ils ne pouvaient espérer telle consécration. “Notre film est archivé avec les plus grands films”, s’enthousiasment les anciens étudiants.

Durant 6 minutes, “The Green Bird” raconte l’histoire d’un oiseau qui, après avoir pondu, vit de nombreuses aventures pour protéger son oeuf. Entre gags et ton loufoque, “cela parle de la maternité, de l’instinct de protection d’une mère”, précise Irina Nguyen-Duc. Le spectateur est happé par la musique, créée à partir de bruits vocaux par Marie Laroche, qui rappelle l’aspect hystérique de l’oiseau.

Une école qui brille à Hollywood

Avec ce prix, qui leur permet d’être éligible à la nomination à la “short list” des Oscars, ils suivent les traces de “Garden Party”, un court-métrage réalisé par des élèves de la promotion précédente de la MoPA. “Cela a créé une émulation positive”, assure Quentin Dubois. Mais l’impact s’arrête là. L’équipe de “The Green Bird” ne veut pas faire la campagne des Oscars dans les mois qui viennent. “On veut laisser vivre le film”, assure Marine Goalard. “La communication, ce n’est pas notre truc”, complète Quentin Dubois, qui comme ses anciens camarades, préfère se consacrer à des projets personnels.

En plus de la récompense et du voyage offert, l’Académie des Student Awards leur a organisé un beau programme. Durant une semaine, ils ont enchaîné les rencontres avec des pontes de la profession -comme le Français Nicolas Marlet qui a créé l’univers de “Dragons” ou la légende de Disney Floyd Norman-, des projections de films et des visites de grands studios. “Le film est notre carte de visite, nous offre des opportunités”, avoue Irina Nguyen-Duc qui n’a pas le rêve américain.

Un rêve sur les bancs des écoles

Malgré leur travail acharné, les nuits blanches à l’école et les “Black Days” à rester bloqués sur la page blanche, le groupe n’avait pas envisagé un tel succès. Car, en plus de l’Oscar, “The Green Bird” a remporté cinq prix et a été nominé une quarantaine de fois. “On ne s’attendait pas à autant, et surtout pas à ce que ça dure”, s’étonne Marine Goalard.

Le court-métrage va poursuivre son envol sur les écrans : il sera notamment projeté, avec une sélection d’autres films d’animation, dans des grands théâtres, des entreprises ou des universités par Ron Diamond. Loin des paillettes, les Français rêvent qu’il soit un jour diffusé dans les écoles françaises.

Infos pratiques

The Green Bird, distribué par UniFrance Film
Informations ici