Deux sacres pour finir la French Touch Conference

La première French Touch Conference s’est refermée, vendredi, sur au moins deux sourires. Ceux d’Adrien Cognée et de Xavier Zeitoun.

Sous les applaudissements de la secrétaire d’Etat au numérique Axelle Lemaire et de l’organisateur de la conférence Gaël Duval, les deux entrepreneurs ont remporté le concours de start-up refermant cette grand-messe de la tech française à New York. Le premier heureux gagnant est le co-fondateur de Jellynote, une plateforme interactive qui permet à l’utilisateur d’apprendre à jouer de la musique. Le second a co-fondé 1001Menus, un service qui aide les restaurateurs à améliorer leur visibilité sur le web.

J’ai appris la présentation assez tard. Je suis très content d’avoir reçu le prix“, sourit Adrien Cognée, qui vient de s’installer à New York pour développer Jellynote. C’est la seconde distinction que reçoit la jeune pousse, qui revendique un million d’utilisateurs par mois: elle avait décroché le French American Entrepreneurship Award en avril. “Trente pourcent de nos utilisateurs sont aux Etats-Unis. Nous voulons augmenter cette part en nous installant ici, en développant des licences avec les éditeurs“.

Pour sa part, 1001Menus n’a pas l’intention de s’implanter aux Etats-Unis dans l’immédiat. La start-up compte déjà 1.200 clients et a levé deux millions de dollars depuis sa création il y a trois ans. « On veut se faire une place au niveau européen d’abord », explique Xavier Zeitoun.

Pour remporter le prix, nos deux entrepreneurs ont du faire un “pitch” de cinq minutes devant plusieurs “business angels” américains et français, dont Brian Cohen, président des New York Angels, l’un des clubs d’angels les plus actifs au monde. Douze start up étaient invitées par les organisateurs à présenter leur produit.

Pas d’argent à la clé, mais la satisfaction d’être reconnu. “C’est gratifiant. Ça permet de repartir à Paris avec un super trophée, s’enthousiasme Xavier Zeitoun, et des investisseurs de renom qui ont validé qu’on faisait quelque chose de bien“.

- Services -
PARTAGER
Photo du profil de Alexis Buisson
Arrivé à New York en 2006 après un an à Boston, Alexis Buisson est rédacteur-en-chef de French Morning depuis 2011. Il est aussi le correspondant du journal La Croix à New York.
Article précédentFleur Pellerin passe par la case “cronut”
Article suivantJean-Baptiste Rudelle: “la R&D coûte 2 fois moins cher en France”