Jean-Georges lance sa fondation

Cédric Vongerichten, Louise Vongerichten, Jean-Georges Vongerichten

pour en savoir plus

 

Le site de Food Dreams

C’est une affaire de famille. Entouré de ses enfants Louise et Cédric, Jean-Georges Vongerichten lance Food Dreams, une fondation destinée à aider ceux qui rêvent de marcher dans les pas du célèbre chef français.

L’histoire est née d’une blague de Jean-Georges.  “Nous étions en voiture du côté de notre maison de campagne, raconte Louise Vongerichten, je cherchais où poser de la monnaie que j’avais dans ma poche et mon père a dit: “mets-le dans fondation JG””. Un mois plus tard, le jeune femme avait rédigé un business plan pour la nouvelle aventure familiale.

“L’idée est de dénicher des jeunes qui sont vraiment passionnés par la cuisine, et les aider à financer des études qui sont très chères ici”, explique Jean-Georges. Les bourses attribuées par “Food Dreams” permettront de financer deux ans de formation au sein du prestigieux Culinary Institute of America, avant de faire un an de stage dans les restaurants de Jean-Georges Vongerichten un peu partout à travers le monde. A l’issue de cette formation, ils se verront offrir un job au sein d’un des quelque trente restaurants du groupe.

Derrière la figure de proue Jean-Georges, Louise Vongerichten animera la fondation, aux côtés de son frère Cédric, qui sera notamment chargé d’interviewer les candidats pour s’assurer de leur passion. Les deux rejetons sont loin d’être étrangers au monde de la cuisine: Cédric est à la tête de Perry St, un des restaurants du groupe. Louise a pris son envol hors du groupe et monté Chefs Club à New York. 

Selon les profils -et les besoins financiers- les bourses accordées iront de 5 à 50.000 dollars. Dès cette année, les Vongerichten prévoient d’aider une vingtaine de futurs chefs. Lancée avec l’argent de la famille, la fondation va également faire appel à des dons. Un gala devrait aussi avoir lieu avant la fin de l’année.

pour en savoir plus

 

Le site de Food Dreams

- Services -
PARTAGER
Article précédent“L’arabe du futur”, tome 2 de Riad Sattouf, décrypté à Los Angeles
Article suivantConversations sur la fidélité autour du livre “Couple Mechanics” à LA