Jean-Gaël Collomb, un Français de San Francisco au secours des espèces menacées

© Gregory Parent

Infos pratiques

 

Une soirée avec Dr. Jane Goodall
Vendredi 11 octobre 2019, 18:00-19:30, Masonic Auditorium (San Francisco)

Wildlife Conservation Expo
Samedi 12 octobre 2019, 10:00-18:00, Mission Bay Conference Center (San Francisco)

Billets et infos ici

Samedi 12 octobre, quelque 1 200 passionnés par la sauvegarde animale se retrouvent à l’Expo, au Mission Bay Conference Center de San Francisco. Un évènement que Jean-Gaël Collomb attend chaque année avec impatience. Et pour cause, il s’agit de l’exposition de tout le travail accompli par Wildlife Conservation Network, ONG américaine montée en 2002 et dont le Français est le directeur exécutif.

Sa mission : protéger des espèces en danger, surtout dans les pays en voie de développement. « On identifie les projets d’organisations locales, de la lutte anti-braconnage à la sensibilisation des populations, en passant par la recherche et des programmes d’éducation. Puis, on leur fournit un appui financier, technique et émotionnel », explique Jean-Gaël Collomb. Comment ? En offrant du savoir-faire administratif (développement, networking et levées de fonds).

D’où l’importance de l’Expo qui permet au grand public de découvrir concrètement les projets et d’envisager de les soutenir financièrement. De nombreux intervenants sont des scientifiques réputés, à l’instar de Jane Goodall, anthropologue et éthologue (étude du comportement des animaux) britannique qui ouvre l’évènement. « L’Expo brise le mur opaque entre nos partenaires sur le terrain et les donateurs actuels ou potentiels », précise le directeur. “Si quelqu’un donne pour une espèce particulière, 100% des fonds sont investis pour elle ». Leur approche communautaire et transparente vaut à l’ONG de figurer dans le palmarès des associations du domaine.

87 espèces sont concernées par ses actions dans 37 pays. Éléphants, guépards, lycaons, raies ou pingouins… pour ne citer qu’elles. « Pour les sélectionner, on prend en compte les classifications internationales des espèces menacées, leur charisme, leur impact sur un écosystème ou le nombre d’études”, indique Jean-Gaël Collomb. L’année dernière, l’ONG a déployé 18 millions de dollars pour leur protection et elle met aussi en place des fonds spéciaux (pour les lions ou les pangolins par exemple).

Un succès pour le Français, fier d’observer que « dans la plupart des sites du réseau, les populations animales augmentent ou les menaces sont limitées ». Ce biologiste de formation, diplômé aux États-Unis, souhaitait devenir vétérinaire. Puis il a étudié le comportement animal et a passé du temps au Gabon, avant de gérer un réseau d’exploitation de forêts en Afrique. Très rapidement, il s’est rendu compte « qu’il n’y aurait plus d’animaux à étudier si on ne travaillait pas avec les populations locales pour les sauver ».

Un parcours qui l’a mené à un doctorat en écologie interdisciplinaire et à s’investir pour des associations, avant d’arriver à WCN il y a sept ans. Fort de son expérience, Jean-Gaël Collomb sait l’impact de la survie animale sur la nôtre : « on a besoin de faire attention à la planète, tout est interconnecté. Qualité de l’eau, érosion des sols, maladies… Il faut apprendre à la partager et ça n’arrivera pas par accident ! C’est à nous, les hommes, de le mettre en place ».

Aujourd’hui, Jean-Gaël Collomb, trait d’union entre ceux qui œuvrent sur le terrain (« maillon nécessaire à la réussite de la conservation animale ») et ceux qui veulent aider (« maillon indispensable pour agir ») encourage les Français à faire évoluer leur regard sur les levées de fonds et à donner. Il invite ainsi à l’engagement et à la générosité. Ici ou ailleurs. Pour les animaux sauvages ou d’autres.

 

Infos pratiques

 

Une soirée avec Dr. Jane Goodall
Vendredi 11 octobre 2019, 18:00-19:30, Masonic Auditorium (San Francisco)

Wildlife Conservation Expo
Samedi 12 octobre 2019, 10:00-18:00, Mission Bay Conference Center (San Francisco)

Billets et infos ici