International Emmy Awards: Dominique Besnehard sous les projecteurs

Portrait de Dominique Besnehard, presentateur de place au cinema © Delphine Ghosarossian

Dominique Besnehard a l’habitude d’accompagner les stars sur les tapis rouge. Cette fois pourtant, c’est lui qui pourrait être récompensé.

La série « Dix pour cent », dont il est co-auteur et producteur, est nommée, lundi 21 novembre, à la 44e cérémonie des International Emmy Awards à New York dans la catégorie “comédie”. « C’est vraiment une bonne surprise, commente Dominique Besnehard. Je ne m’attendais pas à être sélectionné ».

« Dix pour cent » qui fait référence au pourcentage du cachet des stars touché par les agents, est comme un exutoire pour celui qui a assisté et conseillé des acteurs pendant 21 ans. « Tout ce qui se passe dans la série est vraiment arrivé, mais à d’autres acteurs, sourit Dominique Besnehard. Les histoires de chirurgie esthétique, d’actrices aux crises d’hystérie… Je suis même allé aux impôts avec une actrice parce qu’elle n’avait plus rien pour les payer ! Certains acteurs sont des cigales, vous savez ! »

La série a été diffusée l’année dernière en France. Six épisodes pendant lesquels on découvre le quotidien d’une agence et son pool de professionnels, désireux de placer leurs poulains dans les meilleurs films. Quand on l’interroge sur les qualités requises pour être agent, Dominique Besnehard répond du tac au tac : « Etre généreux, aimer les acteurs et le cinéma, mais il faut aussi être capable de mentir, des petits mensonges pour que ce soit moins dur pour un acteur d’encaisser une mauvaise nouvelle. On ne lui dit pas cash : ‘le réalisateur te trouve trop vieille ou trop grosse’ ».

Dans « Dix pour cent », Andréa (Camille Cotin), Gabriel (Grégory Montel) et Mathias (Thibault de Montalembert) se démènent pour sauver leur agence après la mort de son fondateur. Chacun gère son portefeuille de comédiens mais tous les coups sont permis pour  élargir sa clientèle. « Les rapports entre agents peuvent être très durs, confesse Dominique Besnehard. Les réunions hebdomadaires sont comme un conseil des ministres, chacun défend son territoire ».

Dans la saison 1, Cécile de France est hilarante en actrice trop agée pour un rôle aux Etats-Unis, Audrey Fleurot en jeune maman débordée, et François Berléand en acteur capricieux. « Ce sont des comédiens qui n’ont pas peur de se moquer de leur profession au second degré ».

Tout en parlant de sa série, Dominique Besnehard ne peut pas s’empêcher de raconter des anecdotes, toutes plus drôles les unes que les autres : la chirurgie esthétique de telle actrice, le caprice de tel acteur. Pourtant, il ne voudrait pas revenir en arrière : « Quand on est agent, on est au service du comédien, on vit par procuration, on devient le réceptacle des angoisses de tout le monde. Si le film marche, c’est parce que l’acteur est formidable. Si le film fait un bide, c’est l’agent qui a mal conseillé ! ».

Récompensée ou pas dimanche à New York, « Dix pour cent » a été très bien accueillie et se vend dans le monde entier. En France, le  tournage de la saison 2 se termine le mois prochain. Au casting : Juliette Binoche, Isabelle Adjani ou encore Fabrice Lucchini. « Vous allez voir, c’est très drôle ! Isabelle Adjani est incroyable, à se faire pipi dessus ! ».

Pas besoin d’en dire plus ! Avant ça, vous pourrez retrouver Dominique Besnehard en mars 2017 à Greenwich (CT) pour le festival Focus on French Cinema dont il est le parrain.