Le foie gras bientôt fixé sur son sort à New York

Crédit photo: David Tadevosian Shutterstock.com

On approche de la date fatidique. Le conseil municipal de New York se prononcera sur l’interdiction du foie gras le mercredi 30 octobre en séance plénière, après un premier vote du texte en commission sanitaire prévue la veille au matin. La séance promet d’être animée. Voters for Animal Rights, un groupe qui soutient l’interdiction, invite ses supporters à se rassembler mercredi pour “donner une voix aux canards et oies à la mairie“.

Le texte, porté par l’élue démocrate du sud de Manhattan Carlina Rivera, vise à “interdire la vente de certains produits avicoles dont les oiseaux issus du gavage”. Les défenseurs de ce projet de loi et les associations de défense animale mettent en avant le traitement inhumain et douloureux dont font l’objet les oies, gavées pour permettre l’élargissement de leur foie, pendant le processus de production.

Un argument qu’Ariane Daguin, la patronne française de D’Artagnan Foods, désapprouve. “Les oies se gavent naturellement à l’état sauvage avant les migrations, on ne fait que reproduire un processus naturel avec un entonnoir dans l’oesophage insensible des animaux”.

Pour la productrice de foie gras à New York, le possible “foie gras ban” est une décision politique. “Lors de la première commission sanitaire du 18 juin, certains conseillers municipaux portaient des t-shirts “ban foie gras”, ils ne nous ont presque pas laissés parler. Ils ont compris qu’ils auraient plus de voix en penchant du côté des végétariens”.

Ce n’est pas la première fois que le débat éclate à New York. En 2008, un élu municipal avait demandé au Sénat de l’Etat de légiférer pour interdire la pratique du gavage d’oies et de canards. Le projet de loi actuel intervient quelques mois seulement après l’interdiction du foie gras en Californie, qui a obligé la seule ferme productrice à mettre la clé sous la porte. Ariane Daguin s’inquiète qu’il en soit de même à New York. “Il n’y a que deux fermes ici, Hudson Valley Foie Gras et La Belle, qui emploient plus de 400 personnes et fournissent plus de 1000 restaurants. Leur situation est très grave”.

La patronne de D’Artagnan, dont l’activité va également souffrir de l’interdiction du foie gras, invite les restaurateurs de New York et les citoyens à se manifester d’ici mercredi en écrivant un e-mail aux conseillers municipaux. Le bureau de Carlina Rivera n’a pas répondu à notre demande d’entretien.