Un Hollande gaullien et des “mini-miss” interdites

(Revue de presse) Posture gaullienne de Hollande sur la Syrie et concours de beauté : la presse américaine a eu des centres d’intérêt variés la semaine dernière.

Commençons par la Syrie. Lors de son intervention ce dimanche sur TF1, François Hollande a réaffirmé la possibilité d’une intervention militaire. Les journaux américains, partagés sur le rôle de la France dans ce conflit, semblent saluer la fermeté française. Le Washington Post va jusqu’à considérer Hollande comme un nouveau de Gaulle. “François Hollande n’agit pas seulement comme le caniche d’Obama, contrairement à ce que certains pourraient penser. Depuis la présidence de Charles de Gaulle, la France a toujours voulu montrer qu’elle prenait ses décisions militaires seule (…), elle ne compte plus seulement sur les Etats-Unis“.

Le journal explique cette ferveur en arguant que “la France a des intérêts au Liban et souhaite éviter que ceux-ci ne se dégradent“, et que “les liens entre la France et cette région font de la Syrie un lieu particulièrement attractif pour les terroristes ayant grandi en France. Les autorités craignent que ces derniers y reviennent pour y perpétrer des attentats.

Les mini-miss interdites en France

Cependant, la Syrie passionne moins que l’interdiction des concours de mini-miss en France, véritable institution américaine. “En France comme aux Etats-Unis, les parents s’inquiètent de plus en plus de la banalisation du sexe dans la société” affirme ABC News. Une affaire prise au sérieux par le Sénat français. Mercredi dernier, ce dernier a interdit les concours de beauté pour les adolescentes de moins de seize ans. L’amendement de la centriste Chantal Jouanno prévoit une sanction de deux ans d’emprisonnement et une amende de 30.000 euros contre toute personne organisant ce type de concours. Les Américains n’ont pas tardé à réagir. “Pour l’amour de Dieu, ce sont des enfants, pas des adultes !” s’indigne une mère sur CNN. “Les concours de mini-miss sont comme des combats de chiens entre petites filles qu’on transforme en clowns” ajoute la journaliste Deborah Cruz, dans une chronique pour le Huffington Post. “Peut-être devrait-il y  avoir une loi contre les parents vivant ces concours par procuration“.

Cette prise de position n’est pas partagée par tous. Valérie Best, organisatrice de l’un de ces concours, juge sur KPLC que “la société n’a pas assez de recul pour juger ces concours. (…) Ils ne sont finalement pas si différents de certaines compétitions de sport, comme la gymnastique. (…) Apprenons à ces filles comment être fortes, confiantes, et voyons ensuite ce que cela donne”. 

Enfin, Susan Anderson, photographe ayant publié un livre sur ces concours, relativise sur ABC News : “Les concours de beauté pour mini-miss sont typiquement américains. Je ne vois pas comment ils pourraient avoir une place en France, où on a compris ce qu’était l’élégance.” “Nous devrions peut-être nous en inspirer, de temps à autres“.

Le kale, ce chou frisé méconnu en France

Le New York Times s’est intéressé à Kristen Beddard, une Américaine qui a fait le pari fou d’exporter le kale, sorte de chou frisé jusqu’ici non cultivé en France. Ce végétal commence à faire des émules en France, puisque Kristen a convaincu quelques fermes et restaurants parisiens de participer à son émancipation. Le Times estime que “dans un pays aussi attaché à ce que le terroir peut offrir, le kale renvoie à la famine vécue lors de la Seconde guerre mondiale, pendant laquelle le chou frisé est devenu un aliment incontournable.” Le souhait de Kristen ? “Faire du kale un produit aussi commun que la laitue“. Avant, il faudra sans doute se prendre… le chou.

Tony Parker chouchouté

Victorieuse face à la Lituanie (80-66), la France a remporté son premier titre de champion d’Europe lors de la finale de l’Eurobasket 2013. Les commentateurs américains ont notamment loué la performance de Tony Parker. Ainsi peut-on lire sur HoopsHype qu’il s’agit de “la rédemption pour Tony Parker, après une finale de NBA désastreuse“. Le site de Sports Illustrated va dans ce sens, et estime que “la France ne pouvait rêver meilleur ambassadeur. Il est réjouissant de voir que sa persévérance a fini par payer“.

Photo : Lemouton Stephane/ABACAUSA.COM