HelloLaMode, le dépôt-vente 2.0 d’Eric Gagnaire

Pour en savoir plus

 

Le site de HelloLaMode

Eric Gagnaire le reconnaît sans peine : la mode, il y a encore quelque mois, il n’y connaissait rien.  Sa passion, c’est plutôt le basket.

Pourtant, lorsque ce grand Savoyard de 33 ans débarque en mars 2012 à New York, il a dans ses valises cette idée : créer un site de revente et d’achat de vêtements de luxe, entre particuliers. De là est né en juillet le site HelloLaMode.com, accessible aux Etats-Unis et au Canada.

« Le luxe n’a pas sa place sur Ebay ou Craig’s List, car les acheteurs craignent les contrefaçons, juge Eric Gagnaire. Notre originalité, c’est de jouer les intermédiaires. Le vendeur nous fait parvenir son objet, et nous le certifions conforme, si besoin en consultant la marque. Ensuite, nous validons le paiement et envoyons l’article à l’acheteur ». Une forme de transaction sécurisée, même si les contrefaçons sont rares : trois cas ont été détectés depuis le lancement du site.

Sur HelloLaMode, on peut ainsi dénicher une robe Armani en soie rouge à 105 $, un sac doré Gucci à 365 $, une paire d’escarpins Louboutin à 615 $. Les hommes pourront enfiler un blouson Prada pour 245 $ ou nouer une cravate Hermès pour 105 $. « Nous nous concentrons sur le haut-de-gamme, le panier moyen est de 300 dollars », commente Eric Gagnaire. Un impératif lié au business model du site, qui se finance grâce à des commissions fixées en fonction du prix de vente.

Ce concept, en réalité, n’est pas nouveau. Il existe en France un site similaire, VestiaireCollective.com. « Mais il n’y avait rien de tel aux Etats-Unis. C’est pour cela que je suis venu ici », explique Eric Gagnaire. D’autres arguments ont pesé dans la balance : facilité pour trouver des investisseurs, marché plus vaste.  « Nous avons hésité avec la Silicon Valley, mais comme mes associés Mathieu Bidart et Thierry Sebba sont restés à Biarritz, c’était plus simple d’être ici. Et puis, pour un site lié à la mode, cela a plus de sens d’être à New York. »

Développeur informatique autodidacte, Eric Gagnaire n’en est pas à son premier coup. A 18 ans, il a lancé avec deux camarades grenoblois des sites de petites annonces, sous le nom de Mixad. La start-up a été rachetée en 2007 – à  très bon prix – par Price Minister. « Cela m’a permis d’envisager l’avenir assez sereinement », sourit-il.

C’est grâce à cet argent qu’il a pu lancer HelloLaMode. Ses anciens associés de Mixad ont également mis la main au portefeuille, et au total, la start-up a réuni 500.000 dollars. Cette mise de départ a permis à HelloLaMode de s’installer dans le Fashion District de Manhattan, et d’embaucher deux spécialistes du luxe.

S’il est trop tôt pour dresser un bilan, le choix d’articles reste limité – autour de 200. «  Nous essayons de nous mettre en cheville avec des personal shoppers, qui pourraient revendre les vêtements de leurs clients. Notre objectif numéro un, c’est de mieux nous faire connaitre. »

Avec deux-trois transactions par jour, le site est encore loin d’être rentable. Cela ne semble pas inquiéter Eric Gagnaire, en pleine tournée des investisseurs. « On espère avoir entre 5 et 6 millions de dollars, lâche-t-il. C’est la fourchette basse ».

Pour en savoir plus

 

Le site de HelloLaMode