A Harlem, un restaurant français maudit

Il est des séries de malchances qui laissent bouche bée. Gérald Huteau, lui, prend cela avec calme et philosophie.

Ce Français de Guadeloupe s’est installé à New York en avril dernier avec un projet de vie : monter un restaurant français, avec influences caribéennes, dans East Harlem. « Avec ma femme, nous voulions proposer quelque chose de nouveau dans ce quartier, qui compte avant tout des restaurants latino. »

A 36 ans, cet informaticien de la Sécurité Sociale, qui ne connaissait personne à New York, s’est démené pour trouver un local, obtenir les différentes autorisations, réaliser les travaux… « Tout le monde me disait : tu es fou. Mais je m’en suis sorti, même si ce n’était pas facile. Heureusement, l’anglais pour moi n’est pas un problème », relève-t-il.

Il a embauché trois personnes, et ouvert La Mulatresse au début du mois de juillet, le long de la 2e avenue à East Harlem. Le traiteur-salon de thé, propret et accueillant, proposait salades niçoises, sandwiches, quiches, croque-monsieurs, croissants, financiers et chouquettes. Il commençait à attirer une petite clientèle. Tout était réalisé sur place.

Mais c’est là que les ennuis ont commencé. Deux semaines après l’ouverture, la table chauffante, l’un des fours, puis la hotte, récupérés de l’ancien restaurant qui occupait l’emplacement, sont tombés en panne. Puis la climatisation.

Un dégât des eaux a abimé l’arrière-cuisine. Les portes en fer de sa cave, qui s’ouvrent sur le trottoir, ont été enfoncées par une voiture, rendant le local inutilisable. « Chaque jour, il y avait quelque chose de nouveau. » Gérald Huteau a dû fermer son restaurant la semaine dernière.

Un peu sonné, il planifie les travaux nécessaires. « Tout cela, c’est de l’investissement personnel, alors cela commence à chiffrer », dit-il modestement, espérant avoir les reins assez solides pour tenir, et surtout faire venir, à la rentrée de septembre, sa femme et ses cinq enfants. « Ils devaient arriver dès le début, mais pour des questions de visas, cela n’a pas pu se faire. Ils me manquent, et ils sont tous très impatients de venir.»

Gérald Huteau espère ré-ouvrir la Mulatresse pendant la deuxième quinzaine d’août. Si tout se passe bien. Et en espérant que les clients seront au rendez-vous.