Au Hangar 19, Solar Impulse fête la fin de son voyage

«C’est une émotion extraordinaire». Au pied du majestueux Solar Impulse, dans le hangar 19 de l’aéroport JFK, Bertrand Piccard savoure. Avec son ami André Borschberg, il a parcouru les Etats-Unis d’Ouest en Est à bord de l’avion à énergie solaire. Maintenant que l’appareil est posé pour de bon, les deux hommes peuvent souffler.

Les pilotes suisses participaient, jeudi matin, à une conférence organisée en partenariat avec la Fondation Antoine de Saint Exupéry pour la Jeunesse, avec laquelle Solar Impulse collabore depuis 2012. Objectif : financer des projets communs pour les jeunes en difficulté, les sensibiliser aux valeurs humaines et à l’histoire de l’aviation. Les deux pilotes avaient d’ailleurs vêtus pour l’occasion la célèbre écharpe jaune du Petit Prince. « Avec cette écharpe, on rend hommage au travail de Saint Exupéry », a lancé Bertrand Piccard. «Et nous rendons hommage à tous les pionniers de l’aviation », a renchéri André Borschberg.

Une belle frayeur

Après plus de deux mois dans le ciel américain, Solar Impulse a atterri à l’aéroport JFK de New York dans la soirée du 6 juillet. C’est André Borschberg qui a assuré le dernier vol. Un exercice qui a failli tourner au drame. « Une partie inférieure de l’aile, qui est en tissu, s’est déchirée. Le risque était que la pression de l’air fasse sauter la partie supérieure de l’aile et nous avons eu peur que l’avion se désintègre dans l’Atlantique », raconte le pilote. Le dernier vol a également été rendu difficile par la météo capricieuse. « C’était difficile de trouver les bonnes fenêtres météo, ce qui était d’autant plus stressant à cause de l’incident technique », continue-t-il.

Malgré cet incident, les deux pilotes ne retiennent que du positif de cette expérience unique au monde. « C’est quelque chose dont je rêvais depuis des années, confie Bertrand Piccard. C’est une émotion et une sensation extraordinaire que l’on ressent une fois le voyage terminé. Le bilan citoyen est très positif : nous avons touché des gouverneurs, le ministre américain de l’énergie, le secrétaire général des Nations-Unies. Et technologiquement, le bilan est absolument excellent », souligne-t-il.Prochaine étape : un tour du monde en 2015.