Guide des guides: visiter New York avec des enfants

Les guides de voyage pour enfants ont ceci de magique qu’ils parviennent à convaincre des parents qu’en dépensant une douzaine d’euros, des enfants qui auraient pleurniché «c’est quand qu’on va chez Abercrombie and Fitch ? »vont soudain s’exclamer « je n’aurais jamais cru que la cathédrale Saint Patrick était un pilier de la communauté irlandaise ».

Pariant sur la capacité des parents à croire que leurs enfants ne demandent qu’à en apprendre plus, plusieurs éditeurs proposent donc des guides de New York  plein de points d’exclamation et de tutoiement (on y reviendra) qui permettent d’aiguiser l’intérêt des petits pour la ville avant et pendant le voyage, et de faire durer leurs souvenirs. Pour ce qui est du guide à proprement parler, le plus complet s’adresse aux parents (Partir en famille New York chez Lonely Planet).

Evidemment à New York, le temps que l’encre soit sèche, l’info risque d’être périmée (les pages sur Coney island ou la Statue de la Liberté ont été écrites avant le passage de Sandy) mais ça fait partie du jeu. Notre tour d’horizon:

Mon carnet de voyage à New York, Editions Sikanmar

Idéal pour les 4-8 ans.
A ouvrir avant de partir. En commençant le cahier d’activités quelques jours avant le départ, les enfants ont déjà l’impression de s’immerger.
En plus des informations attendues sur New York, on y trouve plein de remarques qui apprennent à ouvrir l’œil sur la façon dont on y vit : métiers inattendus, chorégraphies des pom pom girls…
Avec ses gommettes, ses espaces à coller et décorer, il offre de quoi se constituer un formidable livre souvenir de vacances entre scrap book et guide. Les illustrations sont sympas, le format est pratique. La couverture en dur et les spirales, c’est idéal pour l’ouvrir et occuper un enfant au resto.
Là encore, certains textes tiennent du wishful thinking (de « dans chaque musée, je m’émerveille de voir autant d’œuvres d’art » jusqu’à « et si tu pensais à noter l’adresse de ton école pour écrire à ta maîtresse ? »… ) D’ailleurs on veut bien connaître le nom de l’enfant qui aura, à côté, rempli la page « colle ici le brouillon de ta lettre ».
A compléter idéalement par un guide avec des adresses. Pour l’acheter.

New York pour en savoir plus que les grands, Lonely Planet
Idéal pour les 8-13 ans.
Ce n’est pas exactement un guide (il n’a pas de plan d’ailleurs) mais plutôt une compil’ d’informations colorées et d’anecdotes sur New York, de l’origine historique du zoo de Central Park par exemple, aux hamacs dans lesquels dormaient les ouvriers qui construisirent le pont de Brooklyn, en passant les inventions new-yorkaises ou  la rampe du Guggenheim…
Le côté pour enfants tient parfois un peu trop à ce que les adultes s’imaginent une présentation pour enfants avec points d’exclamation à volonté et une statue de liberté qui dit « ça gaze ? » Certaines anecdotes ne sont pas exactement kids friendly (pourquoi parle t-on de « bear » et « bull » market à Wall Street par exemple).
A force d’anecdotes décalées, il manque parfois  l’essentiel. Les deux pages sur Harlem par exemple racontent comment George Washington y gagna une bataille mais ne comptent pas un mot sur la population et la culture noire de ce quartier.
Certaines informations gagneraient à être associées à des détails pratiques pour les vacances. Par exemple pour le baseball, où voir des matchs, des pères s’entraîner avec leur fils, où acheter des maillots souvenirs, le musée des pompiers pour les pages pompiers… Pour l’acheter.

New York. Guide pour les enfants et les parents, Itak.

Idéal pour les 7-12
La présentation fait assez bon marché, mais comme il est bon marché, on ne lui reprochera pas.
Il a l’intérêt de présenter des lieux où les enfants peuvent avoir envie de faire étape et d’avoir des plans des différents quartiers.  Pratique pour faire avec eux une première sélection de ce qu’ils auront envie de voir.
Il s’adresse plus aux enfants dans sa présentation avec photos et textes courts (mais quel éditeur a décrété qu’il fallait charger les guides pour enfants de points d’exclamation ?) Quelques formules inattendues (Broadway qui « serpente » dans tout Manhattan…). Pour l’acheter.

Partir en famille, New York. En voyage Editions.

Idéal pour les 30-40 ans, ok plus d’accord.
De tous, c’est le plus pratique pour organiser ses journées, ses visites et les temps de break. C’est un vrai guide pour bien remplir des journées pour enfants et celui dont la sélection est la plus adaptée aux enfants, avec un petit carnet d’activités pour les petits.
Pour ceux qui se représentent mal New York, quelques suggestions d’itinéraires (parfois un peu optimistes sur la durée des étapes), et des chasses aux trésors pour  maintenir l’intérêt d’enfants qui en ont marre…  Appréciable aussi, le guide sort de Manhattan (non pas seulement à Brooklyn mais aussi dans  le Queens et le New Jersey), mentionne de bons endroits de pauses (squares et piscines notamment), et spécial pour les pieds de plombs aux musées, indique ceux qui distribuent sur demande des livrets d’activités pour enfants.
Des bonnes adresses même si on s’explique mal le faible des auteurs pour les boutiques Crocs et les fast food Chipotle et pourquoi passer par un tour organisé pour aller écouter du gospel à Harlem.
Précieux aussi avec des petits, le guide fait un bel effort pour indiquer quels musées ont des guides en français, ou quand c’est en anglais, ce qui est accessible pour les enfants. Pour l’acheter.

Babar à New York. Idéal pour les moins de 5 ans et les plus de 75 ans

Bon d’accord, c’est pas un guide, on a triché. Mais il est tellement joli à regarder.  Un livre pour rêver de l’époque où en venait à New York sur la Panam, où on fumait dans l’avion, et où il y avait des cabines téléphoniques dans Manhattan.  Pour y retrouver, quarante ans plus tard, des rites immuables de New York, comme de l’importance d’avoir l’appoint en monnaie pour prendre le bus…
(Attention, Babar qui n’est pas un plouc va visiter le campus d’Harvard… et d’autres lieux hors New York).