Guide de Broadway: Aladdin, un musical de génie à New York

photo: Deen Van Meer

“Aladdin” est le personnage principal et héros du conte “Aladin ou la Lampe merveilleuse” que l’on retrouve dans la version tardive du recueil de contes populaires des Mille et Une Nuits.

Le pitch 

Aladdin est le fils d’un pauvre tailleur qui tente tant bien que mal de survivre au sein de la cité d’Agrabah. Entre petits vols à l’étalage et spectacles de rue, il passe souvent le plus clair de son temps à échapper aux soldats qui tentent de l’arrêter.

Non loin de la ville se trouve le majestueux palais du Sultan et de sa fille, princesse Jasmine. Cette dernière se sent pourtant bien à l’étroit dans sa prison dorée et rêve de liberté. Ce sentiment d’emprisonnement est d’ailleurs renforcé par la pression constante de son père qui la pousse à trouver un mari. En parallèle, Jafar, le vizir et conseiller personnel du Sultan, cherche par tous les moyens à se procurer une lampe magique qui lui assurera encore plus de puissance. Mais seul un homme au cœur pur pourra se rendre dans la caverne secrète qui abrite le précieux objet. Et cet homme n’est autre qu’Aladdin qui, dupé par le sinistre Jafar, se rend dans la grotte à ses risques et périls…

On a aimé 

Tout. Les décors sont tout simplement à couper le souffle et le niveau des danseurs éblouit à chaque scène. Les chansons parfaitement rythmées nous emmènent dans un tourbillon musical dont on ne voudrait jamais ressortir et les tableaux s’enchaînent, tous plus beaux les uns que les autres. Côté comédiens, soyons clair : bien que le niveau crève le plafond, le génie vole largement la vedette au reste du casting. Pourquoi ? À cause de sa prestance phénoménale : son débit de parole et de chant nous subjugue à chaque instant, sans mentionner le fait qu’il intègre une bonne dose d’humour décalé tout au long show. On a aussi été également surpris par la vue bien dégagée, plutôt proche même, en étant assis en mezzanine. 

On a moins aimé

Forcément, comme tout show à Broadway, le prix du billet est un peu onéreux. Mais c’est bien là la seule ombre au tableau. Le spectacle est un enchantement total qui restera longtemps gravé dans nos mémoires. Comptez $99 dollars minimum pour un siège, et plus de $200 pour être placé dans les rangées premium.

Niveau d’anglais nécessaire pour apprécier le spectacle 

 3/5 (1/5 = débutant, 5/5 = bilingue).

Note French Morning 

 5/5 (parce qu’on ne peut pas mettre 6/5)