GuestToGuest s’empare du géant américain de l’échange de maisons

Emmanuel Arnaud et Charles-Edouard Guichard

Une belle opération. Le Français GuestToGuest vient d’acquérir le leader américain de l’échange de maisons, Home Exchange, grâce à une levée de fonds de 33 millions d’euros, principalement auprès de l’assureur Maif.

GuestToGuest est né en 2011 avec l’ambition de populariser le système d’échange de maisons. L’inscription est gratuite mais la plateforme propose des services payants comme l’assurance, la caution ou encore la vérification d’identité. Pari réussi pour le Français qui est rapidement devenu leader en terme de clients avec 280 000 logements disponibles dans 187 pays. Son concurrent américain, HomeExchange pionnier du genre a lui été créé il y a 25 ans et compte 65 000 maisons dans 160 pays.

On va garder les deux marques, les deux modèles économiques, explique le PDG et fondateur de GuestToGuest Emmanuel Arnaud. Home Exchange va rester payant à l’inscription et va se concentrer sur les profils premium avec des propriétaires de très beaux logements. GuestToGuest va rester gratuit et va se concentrer sur sa clientèle classe moyenne“. Les deux plateformes devraient en revanche mettre en commun leurs synergies.

GuestToGuest va ainsi pouvoir bénéficier de la base de données-clientèle de l’Américain. L’entreprise française pense pouvoir attirer toutes les personnes qui ont renoncé à s’inscrire à Home Exchange en raison du tarif de l’inscription. “Ceux-là, nous pouvons peut être les capter avec GuestToGuest puisque le service est gratuit“. HomeExchange profitera en retour de l’expertise du Français, qui propose une assurance à ses clients et une app pour faciliter les connections.

Emmanuel Arnaud, qui va s’installer à Boston cet été pour gérer la nouvelle entité bicéphale, indique que le groupe espère atteindre le million de maisons d’ici deux ans. Soit le double de son parc immobilier actuel. Un projet ambitieux mais crédible selon lui: “L’échange de maisons n’a pas les côtés pervers d’une plateforme comme Aribnb avec les revenus à déclarer, ou encore la guerre de certaines villes contre la transformation des logements particuliers en hôtel“.

 

 

- Services -
PARTAGER
  • Valérie Demyttenaere

    Bonjour Céline

    Vous êtes sûre du lien hypertexte posé sur “HomeExchange” ? >> vous renvoyez vers un site qui s’appelle Love Home Swap, qui n’a rien à voir ce me semble avec HomeExchange, ou TrocMaison en français…

Article précédentAprès 53 ans de service, Le Périgord ferme ses portes à New York
Article suivantL’Entraide française sort la harpe et le violon à New York