Graceful, une app pour se souvenir de ceux et ce qui comptent

« C’est quand déjà l’anniversaire de ma nièce ? » « Qu’est-ce qu’elle n’a pas aimé la dernière fois la voisine ? » Si vous vous posez souvent ce genre de questions, l’app Graceful est faite pour vous. Tout juste lancée par Claire Saccoccini à San Francisco, elle a pour ambition de faciliter et nourrir les relations personnelles.

Pour cette maman à l’agenda bien chargé, les pense-bêtes sont utiles. « J’ai réalisé qu’on se reposait sur la technologie pour plein d’aspects de nos vies. Faire les courses, gérer les comptes en banque, prendre rendez-vous chez le médecin… Mais que pour enrichir nos relations les plus précieuses, les applications mobiles sont très nombreuses : calendriers, Facebook, Whatsapp, etc. On s’y perd. L’idée de Graceful, c’est de tout centraliser sans rien remplacer. » Elle s’adresse en priorité à ceux qui, comme elle, « croient en la technologie pour être plus organisés, et sont plus détendus une fois les choses planifiées ».

« L’app a 3 fonctions principales. La première consiste à organiser ses contacts de façon visuelle – un peu à la Marie Kondo, et à les ranger dans des groupes, par couleur. » Ensuite, l’utilisateur peut remplir une fiche individuelle par contact. « C’est là que ça demande un peu d’investissement », reconnaît l’entrepreneure. « On note toutes les infos au sujet de ceux qui comptent, des détails aux choses plus importantes. » On ajoute les dates clefs, les noms des enfants, des animaux de compagnie, les derniers cadeaux échangés… De petites icônes illustrent le mode de vie. Un équilibriste jonglant sur un ballon pour les « mamans couteaux-suisse ». Une machine à laver pour les papas impliqués. Un van et des planches de surf pour ceux qui sont à la recherche d’adrénaline etc.

Enfin, le dernier volet de l’application a vocation à pousser les gens à passer à l’action. « Ça peut être envoyer une carte, un cadeau, dire merci, dire pardon… » 

De la pub à l’entrepreneuriat

« On est tous très occupés, surtout cette année. Et on aimerait se rappeler davantage de ce qui compte pour nos proches. » Cette envie, Claire Saccoccini en a toujours eu conscience. Mais c’est il y a quelques mois, pour ses 40 ans, qu’elle décide d’agir, poussée par les circonstances. « Je devais commencer un nouveau job le jour du confinement, et finalement ils ont annulé mon contrat. Ça a été un catalyseur », explique-t-elle. 

Après avoir passé 10 ans dans la production de publicité à Paris, et 6 en Californie à travailler sur la stratégie de marque pour des start-up, la voilà prête à créer la sienne. Et vite. « Je me suis donnée 3 mois entre le moment où j’ai eu l’idée et le moment où mon app était sur l’App Store. » Son mari, issu du monde du digital, l’aide pour le côté technique. « Il s’est aussi donné 3 mois pour coder Graceful app sans pourtant connaître le bon langage de programmation. » Mission accomplie. « Je me suis faite violence en lançant quelque chose de très simple sur le plan du design, que j’améliore en fonction des retours. »

Les évolutions à venir

« Au-delà de garder le contact, il y a aussi l’idée de célébrer la personne à laquelle on tient. » Une manière de concrétiser sa pensée que Claire Saccoccini envisage de développer via des partenariats. « Cela ne sera pas forcément mercantile, on n’a pas toujours besoin de cadeau, ça peut juste être un petit mot. » L’entrepreneure pense par exemple à PunkPost. « Une start-up qui permet de dicter un message, préciser le style souhaité ainsi que l’occasion fêtée. Puis un illustrateur dessine la carte et l’envoie au destinataire pour quelques dollars ».

Autre évolution possible : « pouvoir échanger des fiches contact avec d’autres utilisateurs de l’app. » Un développement qui serait compatible avec la culture locale. Originaire du Sud de la France, Claire Saccoccini reconnaît que « c‘est quelque part très américain comme application. En France, on est peut-être plus discret, plus distant et c’est vrai qu’ici ça compte énormément ce type d’attentions. Mais j’espère que c’est aussi international. »

Contrairement à la concurrence, Graceful n’a pas été pensée pour l’aspect professionnel. « Ce n’est pas une app pour briller en société, elle n’est pas basée sur la performance ou le networking. Même si, ceux dont le métier est imbriqué avec leur vie perso ajoutent souvent leurs collègues », remarque la fondatrice. The Graceful app sera en revanche très utile pour rendre plus agréable le prochain repas de Noël. Y compris s’il se déroule en ligne.