Glenn Beck déclenche une vague d’appels au Consulat de France

Glenn Beck, présentateur star américain connu pour ses opinions très conservatrices, a appelé le Consulat de France à New York en direct dans son émission du 13 janvier sur le réseau The Blaze.

Il voulait présenter ses condoléances personnelles à la France, à la suite des attentats de la semaine dernière. Habituellement très virulent contre Barack Obama, ce coup de fil était un moyen, pour le présentateur, d’exprimer son désaccord avec l’absence du président à la marche républicaine parisienne de dimanche.

Glenn Beck, qui semble avoir confondu le consulat et l’Ambassade de France à Washington, a parlé quelques secondes avec une personne du service de presse, et ensuite appelé tous ses auditeurs à appeller le Consulat de New York pour faire de même, donnant le numéro de téléphone à l’antenne.

L’effet a été immédiat. “Depuis le jour de l’attaque de Charlie Hebdo, nous avions eu en moyenne une vingtaine d’appels par jour d’Américains, qui voulaient présenter leurs condoléances. Le jour de l’émission de Glenn Beck, ce chiffre est passé à une centaine. Nous étions trois personnes pour répondre”, affirme Yann Yochum, conseiller presse du Consulat.

“Ce qui était frappant, c’est que nous avions des appels de partout aux Etats-Unis – San Francisco, Dallas –  alors que jusqu’ici, les appels venaient surtout de New York”, poursuit-il. Mais l’effet Glenn Beck n’a pas duré, et le lendemain, le nombre d’appels a diminué.

En revanche, les visites de personnes venant signer le registre de condoléances du Consulat de New York se sont poursuivies, jusqu’à jeudi matin. Au total, environ 250 personnes ont écrit un mot et signé ces cahiers. Le registre a été officiellement clôturé jeudi.