Gigz, petit dernier de la “gig economy”

Alfred Zakovic et Nad Adjir co-fondateurs, avec Jean-Marc Perrin, CFO.

Pour en savoir plus

 

Visitez Gigz ici

La “gig economy“, c’est quoi? Littéralement, “l’économie des petits boulots“, ou encore comment l’internet révolutionne le marché du travail, après celui du commerce (Amazon), de l’hôtellerie (Airbnb) ou du transport (Zipcar). Gigz, start-up de deux Français de New York, veut à son tour révolutionner le marché des petits boulots.

Alfred Zakovic et Nad Adjir, sortis d’écoles de commerce bien comme il faut, étaient partis pour des carrières loin de l’univers des petits boulots et des jobs d’appoint. En 2011, ils débarquent au Crédit Agricole à New York pour y devenir traders. “Les effets de la crise financière se faisaient encore sentir vivement, raconte Alfred Zakovic. L’idée nous est venu d’utiliser la “share economy” pour donner aux gens la liberté de s’affranchir du carcan 9-5h”.

Les deux jeunes gens lèvent 150 000 dollars auprès d’amis puis Alfred Zakovic se souvient qu’il a un cousin développeur en Serbie à qui il confie la réalisation de la plateforme. Gigz est lancée, en version béta, il y a quelques semaines. Le principe est simple: si vous cherchez quelqu’un pour promener votre chien, assembler vos meubles Ikéa ou organiser vos placards, vous postez l’annonce sur le site, avec le prix que vous êtes prêt à payer, et les volontaires offrent leurs services.

Comme toutes les plateformes de “peer-to-peer” (particulier à particulier), Gigz met en avant ses atouts par rapport aux antiques petites annonces: l’existence de profils, la connexion aux réseaux sociaux, qui permet de savoir à qui on a à faire, et donc à établir la confiance qui manque à Craigslist où règne l’anonymat.

Le secteur est porteur. La “share economy” est à la mode. Mais nos deux jeunes entrepreneurs n’arrivent pas pour autant en terrain conquis. Ils doivent notamment affronter TaskRabbit, une startup lancée en 2008 et qui a depuis levé plus de 25 millions de dollars. “Cela nous oblige à arriver avec un site déjà très bon, un produit qui va nous permettre de nous différencier”. La différence de Gigz: le mélange travail, plaisir et charité. “Les gens peuvent non seulement poster des offres de petits boulots, mais aussi trouver un partenaire de tennis, ou encore chercher des bénévoles pour telle bonne oeuvre”.

Les entrepreneurs sont au tout début de leur aventure. Le site en ligne, il leur reste maintenant à construire cette fameuse “communauté”, Graal de l’internet d’aujourd’hui. En attendant, si vous décidez de mettre sur Gigz une annonce pour trouver vos prochains déménageurs, vous verrez peut-être débarquer Alfred ou Nad. Il faut savoir tout faire quand on est entrepreneur…

 

Pour en savoir plus

 

Visitez Gigz ici