Génération Expat’, boîte à idées des Français de l’étranger

Tapez «Génération Expat’» sur Google et vous arriverez sur un site de voyage et un blog consacré à l’Europe de l’Est. Le «Génération Expat’» de Mikå Mered (pronconcé Miko) n’a pas vocation à faire voyager, mais réfléchir. Il s’agit d’un think tank que cet étudiant-chercheur en prospective économique à Columbia a lancé, avec d’autres Français des Etats-Unis et d’ailleurs, dans la foulée de l’élection législative en Amérique du Nord. «Il y a beaucoup d’intellectuels brillants au sein des Français de l’étranger. Ils ne sont pas écoutés dans le débat français car ils en sont éloignés. Il faut fédérer cette ribambelle de talents pour dégager des idées novatrices dans l’esprit humaniste et libéral».

Ce think tank fait partie d’un nouveau type de clubs de réflexion s’appuyant sur les idées des Français de l’étranger. On connaissait déjà Club Praxis créé en 2007 et composé d’une centaine d’expatriés. En juin, l’ex- candidat de l’UMP au siège de député d’Amérique du Nord, Frédéric Lefebvre, a annoncé le lancement de «Nouveaux Horizons», un club de réflexion qui veut notamment utiliser l’expérience des Français de l’étranger pour réconcilier les citoyens avec la politique. «Génération Expat’» veut se démarquer en s’affichant comme «transpartisan» et «populaire». «Pas besoin d’avoir un PhD de Harvard ou Columbia pour avoir de bonnes idées» soutient Mikå Mered. L’équipe fondatrice compte quelques personnalités bien connues dans le sérail politique nord-américain. On y retrouve notamment Franck Bondrille, un entrepreneur de Floride qui s’était présenté à l’élection législative avant de se rallier au divers droite Julien Balkany avant le dépôt officiel des signatures. L’avocat Philippe Manteau, ex-candidat de l’ARES, et Stéphanie Bowring, ex-candidate du Parti Radical de Gauche (PRG), sont respectivement chargés des commissions «Fiscalité, Finances & Dette Publique» et «Audiovisuel extérieur». «Je ne veux pas faire un groupe pro-UMP, pro-PS, pro-MoDem ou je ne sais quoi, mais transpartisan et surtout indépendant», insiste Mikå Mered, un ex-UMP qui a renoncé à sa carte d’adhérent en 2007.

Publication de tribunes dans la presse, organisation de conférences (la première aura lieu en octobre à Boston), mais aussi remise à l’exécutif d’un “livre blanc” annuel avec des pistes de réforme sur des sujets aussi divers que l’énergie, la fiscalité ou la vie publique, M. Mered souligne que les travaux de ce think tank expatrié ont vocation à compléter celui de groupes de réflexion nationaux avec un point de vue étranger. «C’est un think tank parlant aux Français de l’étranger mais aussi aux Français de France», résume pour sa part Sébastien Laye, fondateur de Laye Holdings, une société d’investissement et de conseil en fusions/acquisitions, et co-fondateur de « Génération Expat’ ». “Il y a des idées qui risquent de surprendre“. Et convaincre un gouvernement socialiste?

 Site de Génération Expat’ ici