French Tech à New York: 11 start-ups dont on parlera en 2015

Les start-up gauloises n’ont jamais été aussi nombreuses à New York. Le Consulat de France recense 200 Français ayant lancé, au cours des dernières années, un business dans le domaine du numérique. Toutes ne réussissent pas, loin de là. Quelles sont celles qui sortent du lot ? Voici les start-ups dont vous allez entendre parler en 2015.

11. Curioos

La start-up de Mathieu Vaolatto, qui vend des œuvres d’art en ligne, a effectué une levée de fonds de 1,9 million de dollars cet automne. Elle ne propose que des séries limitées et numérotées d’oeuvres numériques. Cette société, basée entre Paris et New York, réalise la moitié de ses ventes sur son site, et l’autre via des distributeurs (sur des plateformes comme Gilt ou Fancy).

10. Cord

Cord est une application lancée sur l’Apple Store en septembre dernier, qui permet de laisser des messages vocaux à son correspondant, avec une jolie interface colorée. Le Français Thomas Gayno a quitté son poste chez Google et s’est associé à un collègue pour développer cette idée. Il s’est installé à Brooklyn, et a réalisé une levée de fonds de 1,8 million de dollars, notamment auprès du fonds d’investissement de Google.

9. Doobop

Benjamin Bernet, un ex-salarié de L’Oréal, a réuni 1,5 million de dollars en 2013 pour lancer Doobop, un e-shop de produits de beauté pour “peaux foncées”. Le site a démarré en trombe grâce à Oprah Winfrey, qui en a parlé à différentes reprises. Le fondateur, qui emploie quatre personnes à New York, boucle actuellement sa prochaine levée de fonds.

8. Date My School

Lancée il y a trois ans par Jean Meyer, un ingénieur toulousain qui terminait son MBA à Columbia, Date My School est une application de dating réservée aux étudiants et anciens élèves des universités. Installée à Brooklyn, la start-up a levé trois millions de dollars depuis sa création, emploie dix personnes, et revendique un million d’utilisateurs.

7. Sketchfab

Décrite comme le “YouTube de la 3D”, la plateforme d’Alban Denoyel permet d’exposer des fichiers 3D (objets, dessins…), de les intégrer sur un site web, ou les télécharger pour des impressions 3D. Sketchfab a débuté en France et 2012, et continue sa croissance à New York depuis 2013. La start-up, lauréate de l’incubateur TechStars, a levé 2,5 millions de dollars, emploie 10 personnes à Paris, et 5 a New York. Récemment, elle a signé un partenariat avec le British Museum, qui a sorti une collection exclusive sur Sketchfab, en libre téléchargement et imprimable en 3D.

6. Placemeter

Au cœur des big data, cette start-up créée il y a deux ans par Florent Peyre et Alexandre Winter commercialise un boitier qui permet de détecter le nombre de personnes qui passent devant un magasin, traversent une rue, ou font la queue sur un trottoir. Lauréate de l’incubateur TechStars, Placemeter a levé 6 millions de dollars au mois de septembre. Elle emploie une dizaine de personnes.

5. Sunrise

Ce calendrier intelligent lancé par Pierre Valade a effectué une levée de fonds de 6 millions de dollars cet été, à peine deux ans après son lancement. Cette application de calendrier gratuite permet de connecter tous ses agendas et données issues de ses boites mails, cloud et réseaux sociaux dans une seule interface.

4. FreshPlanet

FreshPlanet est une start-up qui crée des jeux vidéos pour mobile. Son jeu phare, SongPop, continue de très bien se porter, avec pas loin d’un million de joueurs par jour. “Au total, nous avons dépassé les 100 millions de téléchargements”, explique Mathieu Nouzareth, installé depuis 2010 à New York. Le fondateur va lancer dans les mois prochains quatre nouveaux jeux. Il emploie 35 personnes à New York. Au total, depuis ses débuts, FreshPlanet a levé 10 millions de dollars.

3. Adore Me

Adore Me, la boutique de Morgan Hermand-Waiche qui vend de la lingerie en ligne, continue sa croissance exponentielle. Lancée en 2012, le chiffre d’affaires de cette start-up devrait dépasser les 10 millions de dollars en 2014. Le magazine Inc l’a hissée à la 2e place des start-ups en e-commerce connaissant les plus fortes croissances aux Etats-Unis. Elle a levé 11,5 millions de dollars depuis sa création, et emploie une cinquantaine de salariés.

2. PeopleDoc

PeopleDoc, une start-up lancée à Paris en 2007, fait un carton. Elle aide les services RH à dématérialiser tous leurs documents (du bulletin de paie au contrat de travail, en passant par les bilan d’entretiens annuels), et permet aux salariés d’y avoir accès via le cloud. Il y a deux ans, son cofondateur Jonathan Benhamou a transféré son siège de Paris à New York. Il a levé 17,5 millions de dollars au mois de mai.

1. Dashlane

Dashlane, société dirigée par Emmanuel Schalit, est devenue un acteur incontournable du monde de l’identité numérique, avec une app’ qui permet à des particuliers de gérer et sécuriser leurs multiples mots de passe et moyens de paiements. Implantée à Paris et New York, elle emploie une quarantaine de personnes, et a levé 22 milllions de dollars au printemps. Ce qui porte sa levée de fonds totale à 30 millions depuis sa création, en 2009.