Sarkozy ne veut pas réinvestir Frédéric Lefebvre en Amérique du Nord

Nicolas Sarkozy s’oppose à la ré-investiture de Frédéric Lefebvre en Amérique du Nord, selon les informations du journal l’Opinion. Alors que le parti a décidé de reconduire tous ses députés de l’étranger sortants en vue des législatives de 2017, le cas de la première circonscription, que M. Lefebvre a remportée en 2013, a été “pour l’instant reporté” à l’issue de la commission nationale d’investiture du 22 juin.

« Puisque Frédéric Lefebvre vote systématiquement contre son parti, il n’a pas besoin de son investiture pour les législatives », a menacé Nicolas Sarkozy le 30 mai, lors d’une réunion avec les représentants des Français de l’étranger, selon l’Opinion. Allusion aux prises de position à contre-courant de Frédéric Lefebvre sur différents textes de loi socialistes, comme la loi Macron.

Cet épisode marque un nouveau développement dans le différend qui oppose les deux hommes. Autrefois proche de l’ancien chef de l’Etat, secrétaire d’Etat dans son gouvernement, Frédéric Lefebvre a pris ses distances depuis son élection. En mai, il a haussé le ton contre l’opposition de Nicolas Sarkozy au vote par Internet pour la primaire de la droite et du centre, échéance à laquelle Frédéric Lefebvre s’était déclaré candidat en janvier. Il y a quelques jours, il a exigé la démission de son ancien mentor de la présidence des Républicains, l’accusant d’«utiliser l’ensemble des moyens du parti pour sa propre candidature» – M. Sarkozy ne s’est pas encore déclaré officiellement.

Selon les informations de l’Opinion, Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée, a demandé à auditionner le député “afin de lui demander s’il s’inscrivait toujours dans le collectif ou pas” avant de trancher. Frédéric Lefebvre n’était pas immédiatement disponible pour une réaction.

Au sein des Républicains aux Etats-Unis, où les prises de positions de Frédéric Lefebvre ont entraîné des débats internes entre partisans de la logique de parti et les tenants d’une ligne plus souple, on n’a pas manqué de commenter l’information. Pour certains, le député paie logiquement sa volonté de conciliation avec les socialistes. D’autres font bloc derrière l’élu. “Pour moi, Frédéric Lefebvre a fait le job en tant que député, réagit Patrick Pagni, un des cadres LR à New York. Quand il a été élu, on a dit de lui qu’il avait été parachuté, mais il est aujourd’hui notre député et se bat pour la circonscription” .