Frédéric Lefebvre aussi fait travailler sa femme

Frédéric Lefebvre fait partie des députés qui choisissent de travailler “en famille”. Dans sa “déclaration d’intérêts et d’activités” auprès de la Haute Autorité de la Transparence de la Vie Publique (HATVP), qui vient d’être rendue publique, le député des Français d’Amérique du Nord a inscrit son épouse Valérie sur la liste de ses collaborateurs.

L’élu n’est pas le seul à s’entourer de membres de sa famille dans son travail. Selon les calculs de Mediapart, l’Assemblée a rémunéré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de députés en 2014. Au moins 20 % des députés ont rémunéré un membre de leur famille proche avec l’argent du Palais Bourbon, souligne le site d’information.

Les “emplois familiaux” ne sont pas une pratique nouvelle – ou rare – en France. Plusieurs élus de droite comme de gauche, comme Yves Jego, Claude Bartolone et Eric Raoult ont choisi d’assumer publiquement leur choix de travailler avec leur épouse ou leur enfant.  Pour justifier ces collaborations, certains élus avancent, pêle-mêle, la confiance dans leur proche, le désir de lui donner une expérience parlementaire ou encore de passer du temps avec lui ou elle.

Pour d’autres encore, le retour de bâton est douloureux. En octobre, le site Mediapart révélait que la femme de l’ancien ministre Bruno Le Maire, artiste-peintre, a été rémunérée plusieurs années sur un poste de collaboratrice à temps plein sans que l’on sache exactement ce qu’elle faisait.

Frédéric Lefebvre a décidé de jouer la transparence en inscrivant il y a plusieurs mois le nom de son épouse, ancienne graphologue, sur son site comme “attachée parlementaire chargée de l’agenda, des déplacements et des permanences“.

Interrogée brièvement sur le sujet en avril lors du lancement de la campagne consulaire de la liste UMP-UFE à New York, pour lequel elle accompagnait son mari, elle avait de glissé, à propos de ces emplois familiaux: “Ça ne se dit pas mais ça se fait“.

Rien n’empêche un député de recruter sa femme ou un autre membre de sa famille. Selon le règlement de l’Assemblée, “l’élu recrute librement ses collaborateurs, licencie, fixe les conditions de travail et le salaire de son personnel, dans le respect des dispositions du code du travail.

Seule règle concernant les emplois familiaux: dans le cadre de l’enveloppe globale prévue pour leur crédit collaborateurs (9.504 euros mensuels), chaque député ne peut pas dépenser plus de la moitié de son enveloppe pour les emplois familiaux.

Les conditions précises de l’emploi de Mme Lefebvre n’ont pas pu être vérifiées par French Morning. L’équipe parlementaire de M. Lefebvre n’a pas répondu à notre demande de commentaire.