Frédéric Fekkai rachète sa marque: “Ça me démangeait”

Frédéric Fekkai - crédit: Pamela Berkovic

Ça me torturait de voir la marque portant mon nom pas gérée comme je le voulais“. Cela faisait plusieurs années que le coiffeur de luxe Frédéric Fekkai rongeait son frein. Il a finalement racheté en novembre la marque de produits de beauté et de salons Frédéric Fekkai Brands, qu’il avait créée dans en 1996 puis revendue en 2007. “L’opportunité de la racheter s’est présentée et j’en suis ravi”, confie-t-il. Le montant de la transaction est tenu secret.

Frédéric Fekkai s’est fait connaitre pour sa gamme de produits haut-de-gamme pour cheveux (shampoing, après-shampoing, fragrances…) et corps, ainsi que ses salons luxueux, visités par des stars comme Renée Zellweger, Claudia Schiffer ou encore Kim Basinger. Après une période de forte croissance, il a vendu le business en 2007 à la firme d’investissement L Catterton Partners. Le géant Procter & Gamble l’a rachetée l’année d’après pour 400 millions de dollars. Mais, en pleine restructuration de son portfolio de marques de soins personnels et de beauté, P&G l’a revendue en 2015 à un groupe d’investisseurs.

Frédéric Fekkai a racheté sa société éponyme dans le cadre d’une holding nommée Blue Mistral, qu’il a créée cette année avec la société d’investissement Cornell Capital.

Il reprend le contrôle de son bébé à un moment où le marché de la coiffure doit s’adapter aux demandes des nouvelles générations de consommateurs, notamment les “millennials” (18-34 ans), et l’explosion des réseaux sociaux. “Le monde a changé. Nous devons nous adresser à plusieurs générations. Il n’y a pas que les millennials, mais aussi les baby boomers qui dépensent encore beaucoup d’argent. Mon objectif est de livrer au public des produits à grande performance et une expérience luxueuse et innovante“.

Cela passe notamment par le recours à la technologie pour créer une “expérience plus pointue dans les salons” et faire intervenir des services de beauté qui dépassent l’univers du cheveu. “Ma force est faire des choses en dehors des cases, d’émerveiller les clients pour qu’ils se rendent compte de leur beauté“. Le Français s’appuiera aussi sur la marque de produits de beauté naturels d’Aix-en-Provence, Bastide, qu’il a rachetée avec son épouse Shirin von Wulffen en 2017, pour lancer des “lignes de produits plus adéquates, plus actuelles“. “Mon business, dit-il, c’est de créer des marques, de m’adresser directement au public avec des offres intéressantes. Ça me démangeait“.