Pourquoi dit-on “le Queens” quand il faut dire “Queens” ?

Certains de nos lecteurs nous l’ont rappelé maintes fois: on ne dit pas “le Queens”, mais “Queens”.

Conversations, médias, guides touristiques: cette première appellation est pourtant très répandue dans le langage courant. Mais grammaticalement, c’est une erreur. Les Américains disent “Queens” et non “The Queens”.

En réalité, le Bronx est le seul borough de New York qui appelle un article, et cela s’explique par une raison historique. Le nom “Bronx” provient du nom de la rivière Bronx, dénommée ainsi par Jonas Bronck, un immigrant suédois qui fut le premier à coloniser le territoire en 1639. “Ils ont nommé le borough du Bronx d’après la rivière, c’est pour cette raison que le borough s’appelle Le Bronx (the Bronx River en anglais) et non Bronx”, expliquait en 2015 l’historien du Bronx Lloyd Ultan sur NY 1.

Alors, existe-t-il une raison historique, linguistique ou syntaxique qui explique que les francophones ajoutent un article lorsqu’ils parlent de Queens ? Les linguistes interrogés par French Morning n’ont pas de réponse précise.

Il se pourrait bien que les francophones fassent un calque syntaxique sur la construction “dans le Bronx”, étant donné que les noms “Bronx” et “Queens” possèdent un nombre similaire de syllabes. L’erreur est peut-être simplement due au fait qu’on envisage Queens comme un quartier. “L’usage est fait de nombreuses exceptions, conclut la linguiste. On dit ‘en Haïti’ mais ‘au Honduras’, ‘en Arles’ et ‘en Avignon’ mais ‘à Marseille'” explique Isabelle Collombat, professeure à l’Université Laval.

Marie-Hélène Côté, elle aussi professeure à l’Université Laval, observe que l’usage des articles définis est très différent en français et en anglais. Ce type d’écart n’est donc pas rare. “J’ai fait mon PhD au MIT. J’ai toujours dit ‘au MIT’, mais d’autres disent ‘à MIT’ et je ne vois pas de raison de décider que les uns ou les autres ont raison, même si l’anglais dit ‘at MIT’. Dans la même logique, je n’insisterais pas autant sur l’aspect ‘fautif’ d’un usage français qui semble fréquent dans le cas de ‘le Queens’.”

“Si l’usage ‘le Queens’ s’impose, je n’y vois pas vraiment de problème. De la même façon que d’autres langues peuvent bien emprunter des noms de lieu en français sans reprendre la structure française à l’identique”, poursuit-elle.

Pour Nicole Côté, professeure à l’Université de Sherbrooke au Québec, les francophones ne commettent en réalité aucune erreur. Elle remarque que l’expression “le Queens” supprime le substantif “arrondissement”, mais que les locuteurs l’accordent tout de même avec ce substantif, qui est masculin. “Le Queens est un arrondissement, comme le Bronx, explique-t-elle. La pertinence de l’utilisation du déterminant ne réside pas dans le nombre de syllabes, mais dans la fonction/nature du mot  –qui est un nom, avec lequel doit s’accorder le déterminant.”

Bref, vous l’aurez compris, cette question est loin de faire l’unanimité. Quoi qu’il en soit, ne laissez pas cette querelle linguistique vous empêcher de profiter des plaisirs de Queens  –ou du Queens.