“Francis Alÿs, A Story of Deception”

Pour « Francis Alÿs: A Story of Deception », le Museum of Modern Art expose les travaux de l’artiste originaire d’Anvers dans son bâtiment de midtown, mais aussi de l’autre côté du Queensboro Bridge, au PS1. Un choix loin d’être anodin, puisque c’est Francis Alÿs qui avait organisé la « Modern Procession » à l’occasion de la délocalisation temporaire du musée dans le Queens (pour cause de rénovation) entre 2002 et 2004.

Des archives de ce cortège symbolique sont exposées au MoMA PS1, au côté d’autres projets réalisés par l’artiste tout autour du monde, de Londres à New York en passant par Venise.

Mais c’est surtout à Mexico, où il est installé depuis 1986, qu’il a réalisé ces travaux emblématiques. Profitant de son statut d’« outsider », il explore les réalités sociales mexicaines et sud-américaines, et met en lumière des enjeux comme la modernisation de la société, le paysage urbain et le progrès économique.

En plus de vidéos, peintures, dessins et installations en tout genre, le musée présente depuis le stade de la conceptualisation à celui de la réalisation plusieurs performances inédites. Pensées à plus ou moins grande échelle, l’artiste s’y met d’ailleurs souvent en scène : dans Re-enactments (2001), Alÿs déambule dans les rues de Mexico un pistolet chargé à la main. Il se fera arrêter au bout de quelques minutes, mais finira par mettre les autorités locales de son côté… Dans When Faith Moves Mountains (2002), 500 bénévoles armés de pelles entreprennent de déplacer une dune de sable au Pérou. L’artiste montre ainsi comment les efforts déployés et leurs résultats peuvent être disproportionnés, et fait de cette performance, comme de beaucoup d’autres, une métaphore de la société mexicaine, sans pour autant la tourner en dérision.

Francis Alÿs: A Story of Deception

Du 8 mai au 1er aout

MoMA – 6e étage, 11 West 53 Street, Manhattan, NYC

MoMA PS1 – 1er étage, 22-25 Jackson Ave (et 46th Avenue), Long Island City, Queens, NYC

photo : extrait de When Faith Moves Mountains (2002) © 2011 Francis Alÿs