Le Pen? La France “retranchée dans sa rancoeur”

(Revue de presse) L’actualité française de la semaine dernière est bien sûr marquée par la percée du FN aux élections européennes. La presse américaine s’en fait l’écho.

« Tempête, ouragan, raz-de-marée, tsunami, tremblement de terre ou Big Bang? » s’interroge The Daily Beast pour parler du score frontiste. Après avoir rappelé que « seulement 43,1% des Européens se sont donnés la peine d’aller voter, dont seulement un quart de Français âgés de moins de 35 ans  », le verdict est sans appel: “les bien-nommés Euro-sceptiques ont eu leur journée”.

Le site estime que la performance du FN de Marine le Pen en France a facilement “éclipsé le reste” des résultats en Europe, la qualifiant de “la plus impressionnante de toutes ses victoires historiques”. Si cette victoire n’est pas une surprise, “il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un vrai choc pour le système français”. C’est “la preuve ultime que Marine Le Pen a réussi son défi de dé-diaboliser son parti”. De quoi donner une tendance avant l’échéance présidentielle de 2017, estime le site.

Dans une tribune au vitriol intitulée “la banalité de la colère“, le New York Times soupçonne la France de s’être “retranchée dans sa rancœur“. « Nulle part ailleurs la crise de la modernité se fait-elle ressentir aussi fortement qu’en France, ou un quart de siècle de mondialisation a apporté morosité et défiance dans des proportions inégalées » .

La chaine CNN publie elle une tribune de la journaliste française Agnès Poirier, qui affirme que ” la France est à la recherche de politiciens dont le nom n’est jamais apparu dans des scandales“. “En d’autres termes, les électeurs français veulent que la politique française soit réinventée. Cela parait être illusion, mais cela peut aussi être l’électrochoc dont la classe politique française a besoin“.

Le Wall Street Journal s’intéresse aux conséquences de ce vote. Décrivant Marine Le Pen comme le leader d’un “caucus” anti-européen à Strasbourg, il explique que ” la formation d’une minorité anti-UE pourrait représenter un risque pour des politiques que certains économistes considèrent comme importantes pour restaurer la croissance. Une cible possible: le traite commercial transatlantique.”

Faire comme l’Allemagne

Le Wall Street Journal, encore lui, n’en finit plus de s’inquiéter des problèmes économiques de la France. Mais cette fois le titre met en lumière une solution pouvant être la bonne: “le consensus parmi les économistes est que la France a besoin de subir une restructuration profonde liée à la main d’œuvre, semblable à celle de l’Allemagne il y a dix ans” commence l’article. Aller chercher les clés de la sortie de crise du côté du voisin allemand? Pourquoi pas étant donné que le modèle économique allemand a été “sans cesse orienté vers l’augmentation des exportations”, ce qui manque cruellement à la France, tant dans le domaine de l’industrie que dans celui des services. Le journal, prudent, conclue néanmoins : “cela ne suffira pas à remplacer les reformes dont la France a besoin”.

Vive les mariés (en France)!

Un peu plus de légèreté avec un article du New York Mag concernant les mariages bleu-blanc-rouge. Le titre le crie haut et fort : on s’amuse plus dans les mariages français, et « particulièrement les demoiselles d’honneur! » selon la journaliste.

Ce qu’elle aime dans les mariages français? « La mariée n’est pas au centre de l’attention. Le plus important, ce sont les deux familles qui se rassemblent, explique-t-elle. Les mariages français sont moins centrés sur le genre » ajoute-t-elle encore, expliquant qu’il n’est pas rare de voir des femmes aux enterrements de vie de jeunes hommes, et vice versa.

Mais, selon elle, la différence se voit bien avant le mariage: «du moment où vous vous asseyez avec quelqu’un pour boire un verre, vous êtes dans une relation », expliquant que la notion de « date » n’est pas la même en France. Quand bien même « le seul fait de se fiancer prend des années en France », les Français sont aussi plus discrets lorsqu’ils se fiancent, et ne l’annoncent pas sur Facebook, croit savoir la journaliste.

Pour résumer: “les mariages français durent plus longtemps et on sert de la meilleure nourriture” selon elle. Avouant souhaiter se marier en France, elle conclut :« J’aimerais un mariage dans lequel ma robe et mes cheveux seraient moins important que le rassemblement de ma famille et mes amis ».