Le Français Yann LeCun remporte le prestigieux Prix Turing

Yann LeCun

On le surnomme le “Prix Nobel de l’informatique”. Le célèbre Prix Turing 2018 a été attribué à trois parrains de l’intelligence artificielle, dont le Français Yann LeCun, directeur des programmes d’intelligence artificielle à Facebook, pour avoir posé les bases de ce champ en plein boom.

L’annonce a été faite mercredi 27 mars par l’Association for Computing Machinery (ACM), qui délivre ce prix prestigieux nommé pour le mathématicien et cryptologue britannique Alan Turing. Yann LeCun n’avait pas répondu à notre demande de commentaire à la publication de ces lignes, mais sur sa page Facebook, il s’est dit “honoré” par cette distinction. Emmanuel Macron l’a également félicité sur twitter et voit dans cette récompense “une nouvelle illustration de l’excellence de l’école française d’informatique“. “La France est un vivier de talents. Il faut simplement leur donner les moyens de s’épanouir“, lui a répondu le scientifique en le remerciant.

Le Breton basé à New York, qui travaille depuis cinq ans à Facebook et donne des cours à New York University (NYU), a été reconnu aux côtés de Yoshua Bengio et Geoffrey Hinton, ses collègues de CIFAR. Dans cet institut canadien, ils ont travaillé conjointement sur les questions de “machine learning” (concept selon lequel des systèmes informatiques peuvent apprendre de données diverses sans intervention humaine) au sein du programme “Apprentissage automatique, apprentissage biologique”.

Les trois hommes “ont contribué à des percées en ingénierie qui montrent les avantages pratiques des réseaux de neurones profonds, note l’ACM. Ces dernières années, les méthodes d’apprentissage profond ont permis de réaliser des progrès remarquables en matière de vision par ordinateur, de reconnaissance vocale, de traitement du langage naturel et de robotique, entre autres applications”.

L’ACM crédite notamment Yann LeCun pour avoir été le pionnier, dans les années 80, des “réseaux neuronaux convolutifs“, un réseau de neurones artificiels qui permettent aux ordinateurs de “voir” et de lire des informations (photos, vidéos…). Aujourd’hui, cette technologie est utilisée largement dans les domaines de la reconnaissance vocale, la synthèse vocale, la conduite autonome, l’analyse d’images médicales et le filtrage d’informations. Le Prix Turing sera remis le 15 juin à San Francisco.