Un Français met en vente sa townhouse de l’UES pour 10 millions de dollars

Quatre étages, cinq chambres, trois terrasses sur quelque 500 mètres carrés: voilà à quoi ressemble le luxe dans l’Upper East Side à Manhattan. On allait oublier le prix: 10 millions de dollars.

Le propriétaire du 177 East 64th Street est un discret homme d’affaires français, Jean-Marcel Rouff, fondateur de Inflight Sales Group, spécialiste des ventes en duty-free à bord des avions.

Achetée en 2010 pour 5,3 millions de dollars, nous apprend le site Street Easy, la maison a été agrandie, entièrement rénovée et remise en vente l’an dernier pour 12 millions de dollars. Bien que “raisonnable” pour le quartier (sur le même bloc, une maison surnomée modestement “le Versailles de Manhattan” est en vente pour 25 millions de dollars), le prix était sans doute excessif. Le bien n’a pas trouvé preneur.

Mais le vendeur n’a pas renoncé et vient de la remettre sur le marché légèrement en dessous de 10 millions de dollars (9,5 millions). Au passage, il a changé de “broker”. C’est désormais un Français, Aurélien Millecamps (de Douglas Elliman), qui est en charge du produit.

“A 9,5 millions de dollars, le prix est maintenant très raisonnable, pour le quartier et le type de bien”, assure-t-il. Pour lui, si la maison n’est pas partie plus tôt, c’est “d’abord une question de marketing. Le travail nécessaire n’avait pas été fait”. 

L’agent a donc fait appel à une designer spécialiste du “staging” d’appartements, Susan Goldstein, “une star dans ce secteur”. L’investissement est conséquent (environ 50.000 dollars pour meubles, tableaux et objets de décoration, tous en location), mais il est rentable: “dans l’immobilier de luxe, les acheteurs veulent pouvoir poser les valises, s’imaginer entrer dans le logement immédiatement”, explique Aurélien Millecamps, avant de raconter qu’un client qui envisage de faire une offre “a demandé s’il pouvait acheter les meubles”.

Autre élément clef du marketing dans l’immobilier de luxe: des photos à la hauteur. Aurélien Millecamps, qui s’y connait en photo et en glamour puisqu’il a été mannequin avant de se reconvertir dans l’immobilier, a choisi là aussi une star du genre, Evan Joseph. Ce photographe d’architecture est derrière les spectaculaires annonces de la plupart des “trophy apartments” vendus ces dernières années à New York.