Deux Français de L.A lancent l’e-cigarette de luxe

Pour en savoir plus

 

Le site web d'Ophis

Ouverture de “vapor shops”, régulations: la cigarette électronique est littéralement sur toutes les lèvres.

Ce marché en pleine explosion (il devrait doubler en 2014, à 1,7 milliard de dollars) n’a pas manqué d’attirer l’attention de deux Français créatifs basés à Los Angeles: Rudy Halioua, originaire de Marseille et Ben Guez, de Nice. Tous deux viennent de créer la première cigarette électronique de luxe en cuir, sous la marque « Ophis ».

«A L.A, la cigarette électronique est de plus en plus populaire, notamment auprès des célébrités d’Hollywood qui l’ont petit à petit adoptée. Nous avons toutefois remarqué que l’objet était souvent assez basique et plutôt laid : c’est un simple morceau de plastique qui n’a rien d’élégant, explique Rudy Halioua. Nous nous sommes dit qu’il y avait là une belle opportunité de lancer un nouveau modèle de « vape » qui puisse être perçu comme un accessoire de luxe, qui se démarque vraiment des modèles classiques».

Réglisse, champagne ou marshmallow grillé 

Arrivé à Los Angeles il y a six ans, le jeune homme est venu travailler dans la Cité des Anges avec sa mère, la créatrice de bijoux Colette Kahn, dont la boutique, au cœur de Beverly Hills, connaît un joli succès. «Etant moi-même designer de bijoux, l’idée était de continuer sur cette lancée avec la cigarette électronique en créant un bel accessoire de luxe unique» précise-t-il.

Le corps de la cigarette est fabriqué en cuir et l’embout lumineux porte le logo d’Ophis, nom qui signifie « serpent » en grec, représenté par un œil de reptile.

Ophis propose une série de différents parfums : réglisse, cola, menthol, pomme, framboise, champagne, mojito et même marshmallow grillé ! « Nous pouvons créer de nouveaux goûts, à la demande», glisse Rudy Halioua.

« Nous proposons aussi l’une des rares vapes sur le marché qui ne possède pas de bouton-poussoir. Du coup, cela permet au fumeur d’avoir le même type d’expérience qu’avec une cigarette classique. Mentalement, le geste est le même. C’est plus naturel qu’avec un bouton».

Paris Hilton et Katy Perry, nouvelles adeptes 

L’accessoire a déjà séduit Paris Hilton, nouvelle convertie à l’e-cigarette. « Je l’ai rencontrée par hasard dans un magasin à New York ! » raconte Ben Guez. « J’ai tout de suite été lui proposer notre cigarette électronique, qu’elle a très gentiment accepté. Un peu plus tard, des amis m’ont signalé que notre modèle était apparu sur un blog consacré à Paris Hilton! ».

C’est également via Internet que l’équipe d’Ophis a découvert que la chanteuse Katy Perry était, elle aussi, tombée sous le charme de l’e-cigarette de luxe.

En plus d’être un accessoire de mode, Ophis vise à aider les fumeurs à arrêter la cigarette : «le serpent de notre logo est censé rappeler le caducée des médecins. On peut choisir le degré de nicotine que l’on souhaite et réduire progressivement la dose (18, 12, 6 ou 0 mg).”

Disponible sur le site Internet d’Ophis, la vape est également vendue dans différents points de vente à L.A et distribuée par plusieurs grossistes. Par ailleurs, les deux partenaires négocient actuellement avec une grande marque de prêt-à-porter californienne pour réintroduire le concept de la « cigarette girl » des années 30, ces marchandes ambulantes qui distribuaient des cigarettes dans les boites de nuit et les casinos.

Quid des récentes mises en garde sur les dangers de l’e-cigarette ? « Ce sont les lobbys de l’industrie du tabac qui sont derrière tout ça » estiment les deux entrepreneurs. «La nicotine est addictive mais pas vraiment dangereuse pour la santé, comparé à tout ce que l’on trouve dans une cigarette classique. Le but, sur le long terme, c’est aussi d’arriver à 0 mg.»

Pour en savoir plus

 

Le site web d'Ophis