Folie Bruel à Houston

Au premier concert de Patrick Bruel à Houston, ce mardi, c’était la « folie ».

C’est le chanteur lui-même qui le dit sur sa page Facebook. « Ce n’est pas comparable aux spectacles qu’il donnait il y a quelques années en France, où les filles tombaient dans les pommes et qu’il fallait en repousser d’autres de la scène au jet d’eau », nuance Marie-Claude, qui a fait le déplacement d’Austin avec trois copines. Mais il est vrai que le public était particulièrement enthousiaste à la House of Blues mardi soir, répondant par exemple par des tonnerres d’applaudissements et des cris à des déclarations plutôt anodines faites par la star en début de concert comme « Merci de votre accueil, ça fait plaisir » ou « J’ai l’impression qu’on va passer une bonne soirée ».

Résultat : à l’issue d’un concert qui a mêlé tubes de la grande époque et chansons plus récentes avec une référence country à Arlo Guthrie (via la reprise de la version française de City of New Orleans : le Salut les amoureux de Joe Dassin), un hommage en anglais à David Bowie, mais aussi un medley musette et la promo d’un nouveau best of destiné au marché américain, Patrick Bruel a offert un second rappel au public déchaîné de Houston en s’accompagnant seul à la guitare. Et l’idole ne cachait pas son plaisir de confier qu’il « ne pensait pas que cela puisse se passer comme ça ».

Comme pour les autres concerts aux Etats-Unis, la communauté française locale était la première visée, mais elle semble avoir ici répondu avec une enthousiasme particulier. Deux classes d’Awty International School ont planché sur la chanson Mots d’enfants pour gagner des places au concert. La chambre de commerce franco-américaine a organisé son propre concours. Et « depuis deux jours, il y en a qui ne parlent plus que de ça », atteste une Française de Houston venue tenir compagnie à une amie fan de Bruel.

« Comme pour Johnny Hallyday au printemps, on a conscience qu’il ne faut pas laisser passer l’opportunité de voir passer un artiste français à Houston, résume Joëlle Ciesielski, ancienne présidente de Houston Accueil. En douze années passées à Houston, je n’ai jamais vu deux chanteurs français majeurs programmés à la suite. Il est important de soutenir ces initiatives. Les Français se déplacent car ils veulent que ça continue. » La communauté a déjà commencé à dresser une liste des artistes français qu’elle voudrait voir se produire à Houston. Aux premières places : Noah, Goldman et Stromae. Mais elle est bien entendu loin d’être close…