Et l’Hermione arriva à New York…

Mercredi après-midi. L’Hermione est arrivée depuis plusieurs heures à New York. Sur le pont, l’agitation de la réception d’arrivée, le matin, avec les journalistes et les supporters du navire, a cédé la place à un autre type d’animation: celui du ballet des réceptions privées, nombreuses pendant l’escale.

Les hôtesses d’accueil, plateau de champagne à la main, côtoient les marins en t-shirts rayés, mobilisés pour accueillir les VIP. Cécilia Attias et Henry Kissinger (chairman de l’association des Amis américains de l’Hermione – La Fayette) viennent de partir. L’ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, s’apprête à monter à bord avec une délégation d’une dizaine d’ambassadeurs.

New York est le point d’orgue du périple américain de l’Hermione. L’escale sera marquée par son passage devant la Statue de la Liberté le 4 juillet, en tête d’un cortège de 300 embarcations, dans le cadre de l’impressionnante “Parade of Ships”. Ségolène Royal et le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian y participeront.

Cela sera un moment “fort en symbole” pour son commandant, Yann Cariou:

Mercredi matin, plus d’une centaine de personnes, parfois venues de France, avaient fait le déplacement pour accueillir la frégate.

Louis Chasseriau, venu de Rochefort, n’y croit pas : « C’est assez énorme de la voir. J’étais au collège quand ils ont commencé à la construire. Aujourd’hui, j’ai 32 piges, je suis à New York et elle arrive! »

Il n’était pas le seul natif de Rochefort présent sur place:

 

Peu après 9am, légèrement en retard sur le planning, l’Hermione s’est frayé un chemin sur l’East River entre les bateaux-taxis et les ferries, voiles ferlées. Elle a tiré plusieurs coups de canon, qui ont résonné  dans Downtown.

Les 80 membres d’équipage ont salué le public avec quelques chants de marins, en arrivant aux portes de Wall Street.

Ça chante sur l’Hermione. Bienvenue à NYC les amis!

Posted by French Morning on mercredi 1 juillet 2015

 

 

L’arrivée à New York s’est faite sans encombre, contrairement à l’accostage à Annapolis quelques jours plus tôt. Le tirant d’eau (partie immergée de la coque) de l’Hermione, de 4,75 mètres, était trop important pour emprunter le chenal, peu profond, qui menait au port d’Annapolis. L’équipage a attendu la marée haute avant de s’engager: malgré une marge de quelques dizaines de centimètres, le navire a finalement rejoint le quai sans encombre.

Miles Young, le président de l’association American Friends of l’Hermione Lafayette, chargée de lever des fonds pour financer le volet américain du voyage, souffle de la voir arriver à New York.

Pour nos matelots, qui vivent sans internet entre les escales, l’arrivée à New York était très attendue. “On s’ennuie un peu parfois, avoue l’un d’eux. Comme on est reparti en tiers (tribord, babord, milieu), on travaille quatre heures et on a huit heures de repos. Mais quand on travaille, on a toujours quelque chose à faire. 

La maintenance du navire se fait essentiellement entre les arrêts, disent-ils. A quai, ils accueillent le public. Trois mille visiteurs montent à bord de l’Hermione chaque jour d’escale, selon les organisateurs. A New York, elle sera accessible au public jeudi 2 juillet et vendredi 3, de 9am à 4pm (voir le programme complet).

Retour aux Etats-Unis en 2018-2019

Plusieurs évènements sont organisés en marge de sa présence à New York, qu’elle quittera le 5 juillet pour Greenport (Long Island). Elle pourrait revenir aux Etats-Unis en « 2018-2019 » , dans le sud-est. Les étapes? « Yorktown, la Caroline du Nord, du Sud, Charleston, Savannah, Jacksonville, Miami, Key West, Tampa, Pensacola, Mobile dans l’Alabama, la Nouvelle-Orléans et enfin Lafayette en Louisiane » , énumère la responsable du comité Floride des Amis américains de l’Hermione La Fayette Brigitte van den Hove-Smith. Elle assure que le projet a reçu l’aval du Secrétaire d’Etat de Floride.

Pour rappel: plusieurs galas en Floride ont permis de lever 200.000 dollars pour financer la venue du navire alors qu’aucune escale n’était prévue dans le Sunshine State. Les Etats-Unis n’ont pas fini de découvrir l’Hermione.

 

- Services -