Eric Garcetti s’affiche avec sa “soeur” Anne Hidalgo à Los Angeles

A l'occasion de cette journée commémorative, les deux élus locaux ont préparé des repas qui seront distribués aux sans-domicile-fixe.

Entre Anne Hidalgo et Eric Garcetti, c’est une histoire qui roule. Appelant l’élue française “ma soeur”, le maire de Los Angeles n’a eu de cesse de rappeler leurs atomes crochus lors d’une conférence de presse commune le mardi 11 septembre dans la Cité des Anges.

L’an dernier, ils avaient déjà signé un accord unique de « jumelage olympique » portant sur la protection de l’environnement, la solidarité et l’inclusion, l’innovation et les start-ups. Pour aller plus loin, ils ont annoncé un partenariat : des élèves venant des “community colleges” de Los Angeles, issus de milieux défavorisés, seront envoyés l’été prochain à Paris en qualité d’ambassadeurs. “On s’en occupera comme de nos enfants”, assure Anne Hidalgo.

Rappelant l’échéance de “six ans pour changer le monde”, soit avant les Jeux olympiques de Paris 2024, les élus ont notamment vanté leur vision commune dans la lutte contre le dérèglement climatique, rappelant leur implication dans la C40, l’association des maires des plus grandes villes du monde consacrée à l’environnement et à la qualité de l’air. Anne Hidalgo en est la présidente et Eric Garcetti le vice-président. Ils ont participé, mercredi, au Clean Mobility Summit, un rassemblement dédié aux transports alternatifs propres.

Une photo souvenir avec les fans des Dodgers.

Ils rejoindront également le Global Climate Action Summit à San Francisco du 12 au 14 septembre, “une rencontre très importante” pour la maire de Paris. “On sait qu’il y a une urgence à faire diminuer les émissions de carbone, comme le prouvent les feux qui ont ravagé la Californie”, assure Eric Garcetti. “Dans ce sens, nous voulons mettre en place 100% de bus électriques à Los Angeles.” De son côté, Anne Hidalgo a loué les “élus visionnaires américains” qui cherchent des solutions, malgré la politique anti-environnementale de Donald Trump. “Nous les maires, nous sommes concrets. C’est à nous d’agir sur les transports”, appuie-t-elle.

Avant de partir en entrevue privée, Anne Hidalgo a souhaité bonne chance à son ami dans la future campagne présidentielle : “je pense qu’il aura un beau futur à Los Angeles, et peut-être au niveau national”.