Macron à San Francisco: “il y a une révolution culturelle” en France

Séduire les Américains et les Français. Voilà le double défi de la visite d’Emmanuel Macron dans la Silicon Valley vendredi 8 et samedi 9 janvier dans la foulée de son passage au CES de Las Vegas.

Aux premiers, le ministre de l’Economie a fait savoir que l’une de ses priorités de 2016 sera de favoriser l’investissement privé en France, tout en rassurant sur les efforts de flexibilité du droit du travail hexagonal, rapporte l’agence AP. Aux seconds, il assurait : “Il y a une révolution culturelle en cours, celle de la force entrepreneuriale” tricolore, une révolution “dont le pays a besoin”.

Devant des entrepreneurs et investisseurs français de Californie, réunis pour une réception vespérale à la Résidence de France à San Francisco, vendredi 8 janvier, il décrivait un paradoxe : « en France, il est grave d’échouer et suspect de réussir, ce qui ne laisse qu’une petite marge de manoeuvre, entre “ne pas rater” et “réussir moyennement” ». Rires garantis dans l’assemblée.

« Quand on est talentueux, on n’a pas envie de cela, poursuivait-il. C’est peut-être ce qui a poussé certains d’entre vous à partir. » Tout cela, veut-il croire, est bientôt révolu : « la culture du risque revient dans le pays, il faut oser de nouvelles choses. »

Les messages aux francophones faisaient écho à ceux du CES, eux-mêmes soufflés par la philosophie qui anime le projet de loi Macron 2 sur les nouvelles opportunités économiques, que le ministre de l’Economie devrait présenter la semaine prochaine à François Hollande.

« Nous sommes là ce soir pour vous expliquer ce que nous sommes en train de faire, et vous dire que vous avez une responsabilité énorme pour continuer à faire changer le pays », a-t-il ajouté. « Ce que vous avez appris ici, on en a besoin en France, pour que le pays se transforme et garde sa place dans le monde ».

E.Macron French tech

Pour démontrer aux Américains le dynamisme de l’innovation française, l’ancien banquier était entouré d’une délégation d’entrepreneurs et d’élus, familiers pour certains des déplacements du gouvernement Hollande dans la Silicon Valley.

On y voyait entre autres Frédéric Mazzella (Blablacar), Ludovic Le Moan (Sigfox), Pierre Gattaz (Medef), mais aussi Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, qui passera également par Los Angeles ce dimanche et puis par New York, pour rencontrer le secrétaire général de l’ONU.

Dans la salle, on croisait aussi Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée, ou Frédéric Lefebvre, député des Français d’Amérique du Nord. L’itinéraire de deux jours en Silicon Valley comprenait des visites chez Apple, Google X, Slack et des rencontres avec entrepreneurs et investisseurs américains et français.

E. Macron San Francisco

« Les Américains sont surpris par notre capacité à nous imposer sur la scène » répond Emmanuel Macron quand on lui demande ce qui change dans leur perception, au fil de ses voyages transatlantiques.

La récente tribune de Gary Shapiro, le célèbre président du CES, montre en effet que les efforts de communication ont fait mouche. La présence française au CES, portée par le label  la French Tech, contribue aussi à cette visibilité accrue. Et côté entrepreneurs français, qu’est-ce qui change ? « Il y a moins de french-bashing », croit le ministre.