Emmanuel Macron déjà président pour Time Magazine

Revue de presse. La France va mal, mais heureusement qu’Emmanuel Macron est là. C’est, en filigrane, le message de l’article que Time Magazine consacre, le 5 juillet, à l’ambitieux ministre de l’Economie français dont le mouvement En Marche! “est basé sur la campagne d’Obama en 2008” . Valls et Hollande tremblent déjà.

Décrivant Macron comme un jeune réformateur, le magazine américain brosse un portrait résolument positif du ministre, “figure singulière au milieu de la tempête” , qui se distingue de tous les autres hommes politiques français par “sa jeunesse et son apparence apprêtée. De même que sa maîtrise de l’anglais et son intellect aiguisé, teinté de références philosophiques; un des magazines qui l’a interviewé a inclus des notes de bas-de-page” .

Il présente Emmanuel Macron comme l’homme qui a tout compris. Vu des Etats-Unis en tout cas. “Il est devenu le défenseur le plus ardent de la transformation économique du pays” , “il veut alléger la loi du travail pour permettre aux individus de travailler plus et même aspirer à être riches, une idée longtemps vue avec suspicion en France” , énumère Time Magazine.Il est vu comme un champion chez les outsiders, comme les jeunes, les immigrés et les minorités car (…) il a encouragé le développement de la compagnie américaine Uber, qui a recruté des centaines de chauffeurs dans des quartiers pauvres et peuplés d’immigrés, tout en faisant l’objet d’attaques de la part des chauffeurs de taxi et en étant la cible d’innombrables poursuites judiciaires” .

Comment ne peut-on pas aimer ce ministre ? Et pourtant, c’est le cas dans ce drôle de pays aux “lois du travail rigides” . “De nombreuses personnes en France voient les avantages sociaux comme sacro-saints, malgré une dette publique à 97% du PIB” , tâcle le journal, pour lequel la France va décidément mal entre les attaques terroristes, le chômage et la croissance très faible. L’avantage “crucial” de Macron ? “Il est beaucoup plus jeune que tous les autres hommes politiques concurrents. Il a du temps, beaucoup de temps. Même si cela lui prend cinq ou dix ans pour construire son mouvement et arriver au sommet, il sera toujours un leader étonnamment jeune.