Consulaires à Washington: deux demandes d’annulation déposées

Crédit : French Morning.

Les électeurs de la circonscription de Washington vont-ils retourner aux urnes? Deux recours demandant l’annulation du scrutin ont été déposés auprès du Conseil d’Etat. En cause: la domiciliation d’Olivier Piton, tête-de-liste UMP-UFE, élu conseiller consulaire fin mai.

Le premier recours, qui vient d’être enregistré par le Conseil d’Etat, vient d’une électrice de Washington, Christiane Juster. Elle accuse M. Piton d’avoir donné une adresse professionnelle pour s’inscrire sur la liste électorale consulaire (LEC) de la circonscription et se porter candidat, alors qu’une adresse de domicile est nécessaire pour figurer sur les listes. Selon elle, M. Piton n’a aucun domicile réel dans la circonscription.

Son recours évoque aussi un “détournement massif de codes de votes ” intervenu lors du vote par Internet. En cause : un message électronique envoyé par la présidente du Club d’Amitié Franco-Internationale, candidate sur la liste UMP-UFE, dans lequel elle invite les membres de l’association à lui envoyer leurs identifiants afin de voter à leur place.

Dans un e-mail, Mme Juster précise qu’elle a déposé ce recours “en tant que citoyenne“. “Je n’étais candidate sur aucune liste“.

Demande de radiation

Le second recours a été déposé par l’ancienne conseillère AFE Christiane Ciccone, qui n’était pas non plus candidate à l’élection consulaire. Dans ce recours, qui vient d’être déposé, elle demande aussi l’annulation de l’élection sur la base de la domiciliation de M. Piton, a-t-elle indiqué à French Morning.

Avant l’élection, Mme Ciccone avait demandé au Tribunal d’instance de Paris la radiation du candidat UMP de la Liste électorale consulaire de Washington au motif qu’il n’avait pas de domicile réel dans la circonscription. Cette demande a été rejetée: le tribunal a estimé que les preuves mises en avant ne suffisaient pas établir que M. Piton n’habitait pas sur place. Mme Ciccone a depuis porté l’affaire en cassation.

M. Piton, qui est également suppléant du député des Français d’Amérique du Nord, Frédéric Lefebvre, n’a pas répondu à notre demande de commentaire. Aux consulaires de mai, sa liste avait obtenu 518 voix et décroché deux des quatre sièges en jeu dans cette circonscription qui regroupe le District de Columbia, le Delaware, le Maryland, la Pennsylvanie et la Virginie. Le Conseil d’Etat devrait mettre trois mois à trancher.