Election consulaire à Los Angeles: “L’avenir des enfants a la priorité sur tout le reste”

Pour en savoir plus

 

Page Facebook ici

Trois questions à Claude Girault, tête-de-liste de « Rassemblement des Français du Sud-Ouest américain ».

Pour rappel, les élections consulaires ont lieu du 14 au 20 mai jusqu’à midi heure de Paris pour le vote par Internet et en personne à l’urne le 24 mai (dans le bureau indiqué par courrier par votre consulat).

Lire aussi: Elections consulaires: à quoi ça sert?

Lire aussi: Notre interview de la liste de droite 

Trois choses que l’on sait (ou pas) sur vous et sur votre lien avec la circonscription.

J’habite en Californie depuis 1965, où j’ai obtenu tous mes diplômes universitaires avant d’enseigner dans plusieurs universités du grand Los Angeles et dans le système public américain.

Depuis plus de trente ans, j’ai tissé des liens ténus avec les Français de la circonscription en répondant immédiatement à leurs requêtes. Je suis extrêmement impliqué dans la vie de notre communauté par mes actions  (chef d’îlot, membre de droit des commissions consulaires, bourses, aide sociale, sécurité, etc.) et par mes propositions (vote le samedi, fiche médicale d’urgence, notariat, etc.).

J’ai particulièrement œuvré, pendant plus de huit ans au sein de l’AFE, pour que les pensionnés de la sécurité sociale habitant hors de France puissent obtenir la Carte Vitale. Je suis satisfait de savoir que mes efforts ont abouti.

Les conseillers consulaires n’auront qu’un rôle consultatif. Qu’est-ce que cette élection va changer pour les Français de la circonscription?

La réduction de la taille géographique, par rapport à l’ancienne circonscription AFE, va me permettre, si je suis élu, de me rapprocher encore plus de la communauté. Je pourrai réagir encore plus efficacement en leur faveur.

Fiscalité, éducation, santé… Les propositions des listes se ressemblent souvent. Quelle est l’idée ou les idées qui vous distinguent des autres?

Ce qui me distingue des autres, c’est ma connaissance approfondie, à la fois des institutions françaises (en tant que membre du bureau de l’AFE, je me rends à Paris au moins quatre fois par an depuis l’an 2000) et du contexte local qui est celui des expatriés.

Cette double connaissance est indispensable afin de pouvoir intercéder en faveur des résidents français de la Côte Ouest. Très impliqué dans la communauté locale, je peux (et j’ai pu) initier des actions concrètes et apporter de véritables réponses aux questions et problèmes qui me sont posés (fiche médicale d’urgence, notariat, etc.). J’aimerais aussi créer une association à but non lucratif, pour épauler de jeunes entrepreneurs avec un micro-crédit, et aider les familles dans une situation  difficile (maladie, séparation, etc.).

En premier dossier prioritaire, je citerais les bourses scolaires, car il concerne de nombreuses familles françaises. L’éducation et l’avenir des enfants a la priorité sur tout le reste. Pour les familles qui vont retourner en France, il s’agit de maintenir un niveau scolaire adéquat. Pour les familles amenées à demeurer aux Etats-Unis, il s’agit de maintenir un lien avec le français et la France.

Il faudrait également rendre les démarches administratives plus faciles et améliorer les relations entre l’administration fiscale en France et les expatriés.

Pour en savoir plus

 

Page Facebook ici