Education: quand Hillary Clinton s’inspire de la France

L’école maternelle pour tous. Elle l’a dit lors du lancement officiel de sa campagne le 13 juin: Hillary Clinton veut mettre le paquet sur l’éducation de la petite enfance. Un point de vue qu’elle aurait hérité d’un déplacement… en France il y a 25 ans, si l’on en croit Emily Greenhouse, journaliste à Bloomberg.

Elle revient sur ce fameux déplacement, effectué avec une délégation de spécialistes de l’enfance, d’hommes politiques et d’entrepreneurs. Selon la journaliste, Hillary Clinton est revenue conquise: “Nous avons vu un système coordonné et compréhensif, soutenu par l’ensemble des politiques, qui comprend le suivi quotidien, l’éducation dès le plus jeune âge et la garderie, accessibles à tous les enfants” , a-t-elle écrit peu après dans une tribune pour le New York Times.

En France, “chaque enfant est une précieuse ressource nationale”

Et de poursuivre: “En France, il y a la croyance omniprésente que chaque enfant est une précieuse ressource nationale dont la société est responsable. Le système a alors pour but d’aider chaque enfant à se développer et s’épanouir.

Une différence entre le système français et américain. Hillary Clinton avait alors remarqué :  “Aux Etats-Unis, le coût et la disruption liée au désir d’avoir des enfants sont vus comme une responsabilité et un choix privé” , rapporte Emily Greenhouse. En d’autres termes, les parents américains sont responsables de leurs malheurs.

Clinton renoue avec “son passé profond” 

Emily Greenhouse a bénéficié du système français quand elle a vécu, enfant, dans notre beau pays. “La France possède  près de 30.000 nourrices diplômées par l’Etat qui s’occupent en tout de près de 57.000 enfants moins de 3 ans. Ces nourrices doivent passer des examens médicaux et des tests psychologiques. On vérifie également que leurs maisons soient bien aux normes de sécurité” , affirme-t-elle en citant un article écrit par son père, journaliste au New York Times.

Pour elle, le fait que Clinton ressorte ce thème de son chapeau, montre qu’elle renoue avec “son passé profond” , avant qu’elle ne soit sénatrice, Première dame ou Secrétaire d’Etat. “Il y a 25 ans, Clinton, défenseur des enfants, a été inspirée par un pays de l’autre côté de l’Atlantique, où l’Etat providence n’est pas un poids” , rappelant que Clinton a déclaré à l’époque que “nous devrions penser à valoriser nos enfants, à la française” . Le fera-t-elle si elle est élue?