Eclair de génie va foudroyer New York

En savoir plus

Le site de Christophe Adam

C’est la tactique de la guerre éclair. Après l‘ouverture d’Eclair Bakery (Midtown East), et celle, fin novembre, des Jardins de la Duchesse (dans le Lower East Side), une nouvelle pâtisserie française dédiée aux éclairs va se lancer à New York.

Et pas n’importe laquelle : celle-ci sera une antenne d’Eclair de génie de Christophe Adam, star de la pâtisserie française, qui a remis ce gâteau rétro en vogue à Paris. Arrivée prévue au printemps 2015 à SoHo.

Ancien chef pâtissier chez Fauchon, spécialisé dans ce gâteau long depuis 2002, ce Breton a ouvert sa boutique dédiée aux éclairs en décembre 2012 à Paris. Le succès a été foudroyant – à peine deux ans plus tard, il compte cinq enseignes, dans le Marais, le quartier de l’Opéra, la place des Victoires, Odéon et Passy.

“Au total,  j’emploie 50 personnes, alors qu’on était deux il y a deux ans, nous dit-il, lors d’une interview téléphonique. Par exemple, pour l’événement Chococtober, on a vendu 11.000 éclairs en cinq jours. On en fabrique quotidiennement entre 1.500 et 5.000, et certaines boutiques en écoulent 1.200 par jour.”

Au mois d’octobre, il a ouvert un Eclair de Génie au Japon, et la prochaine ville sur la carte est donc New York. “Cela fait très longtemps que j’ai envie de venir. J’adore cette ville, et si j’avais à refaire ma vie, je commencerais par New York”, dit ce quadra, qui trouve la concurrence avec les autres spécialistes des éclairs “plutôt saine”.

“Mais New York est un marché difficile, risqué, où les gens connaissent la gastronomie. Il ne faut pas se planter.” D’autant qu’Eclair de Génie a de grands projets pour les Etats-Unis. “On ne va pas se contenter d’une seule boutique. Mon objectif est de lancer une marque internationale.”

Pour ses débuts américains, Christophe Adam a choisi le quartier de SoHo “car c’est celui qui ressemble le plus au Marais, là où on a commencé”. Il ne sera donc pas loin de la pâtisserie de Dominique Ansel, qu’il connait bien. “Il était l’un de mes sous-chefs chez Fauchon”, glisse-t-il, avant d’ajouter, malin : “la queue qu’il a devant sa pâtisserie à New York, j’ai la même à Paris”.

A New York, le succès du maitre sera-t-il à l’image de celui de son élève ? Ce qui est certain, c’est que comme Dominique Ansel, Christophe Adam n’a pas peur du marketing : création en permanence de nouveautés (trois ou quatre créations par mois), utilisation des réseaux sociaux, plan com’ bien rodé…

“Bien entendu, nous adapterons notre gamme au marché américain. Comme au Japon, la moitié des éclairs seront des modèles internationaux, et les autres seront spécifiques aux goûts locaux – comme le beurre de cacahuète. J’ai d’ailleurs préféré recruter un chef américain, qu’on va former en France”, poursuit Christophe Adam, qui récite ses cinq commandements des éclairs : “ultra-frais, très bons, très beaux, et très minutieux”. A voir si les New-Yorkais auront le coup de foudre.

En savoir plus

Le site de Christophe Adam