Dominique Ansel se lance à Los Angeles: “Je n’ai pas de limite”

Cronut, Frozen S’more ou Cookie Shots… Depuis un peu plus de cinq ans, les New-Yorkais attendent des heures pour pouvoir déguster les douceurs du célèbre chef français Dominique Ansel. Après Tokyo et Londres, c’est Los Angeles qui pourra bientôt en profiter.

Le chef ouvrira à l’automne prochain une boulangerie-pâtisserie, la Dominique Ansel Bakery, à laquelle sera rattachée un restaurant, détaille-t-il, notant que de nombreux Angelinos font partie de sa clientèle à New York. “On a eu la chance d’avoir une grande surface, ce qui est difficile à New York.” Ne comptez pas sur lui pour en révéler l’adresse: il garde l’emplacement secret.

Aux fourneaux, il proposera ses célèbres pâtisseries, ainsi qu’une cuisine qui mélange les saveurs, sublimée par des techniques françaises. “Comme je le fais avec la pâtisserie, je miserai sur la créativité pour le restaurant“, assure celui qui va élaborer son menu dans les semaines à venir.”C’est une chance de m’exprimer dans le salé. J’ai commencé ma carrière comme cuisinier“.

Le menu sera inspiré par Los Angeles : “la ville est ouverte culturellement, et les gens sont passionnés par les pâtisseries. J’adore cette destination, sa culture et sa nourriture“, affirme-t-il. Inspirés par ses voyages, les plats seront développés en fonction des produits frais locaux, comme c’est le cas au Japon où 80 % de la carte est constituée de créations originales. “A Los Angeles, il y a des fruits et légumes fantastiques. Le menu changera toutes les 6 à 8 semaines, et variera en fonction des fêtes françaises et américaines.” Il multipliera les déplacements dans la cité des anges pour superviser les travaux et l’ouverture.

Le pâtissier est devenu célèbre grâce à ses créations hybrides, dont le cronut, qui a fait parler de lui pour les files d’attente de plusieurs heures qu’il déclenchait devant la boulangerie de Dominique Ansel à New York. En plus du cronut, il apportera à Los Angeles son DKA, un kouign-amann allégé. Les mini-madeleines, cuites en quelques minutes sous le nez des clients, devraient également faire partie du voyage.

Dominique Ansel ne compte pas s’arrêter là. “Je vais créer des cocktails, des plats salés… Je n’ai pas de limite.