Dix films français à voir sur Netflix cet été

- in English us

C’est l’été, mais ce n’est pas une raison pour éteindre la télé (ou l’ordinateur). Après notre sélection d’hiver et d’automne, on vous a choisi dix films français à voir en ce moment sur Netflix.

10. “Beloved” (“Les Bien Aimés”)

De Christophe Honoré, avec Louis Garrel, Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni. La vie d’une femme puis de sa fille au travers des époques, des années 60 à aujourd’hui. Entre Prague, Reims, Londres et Paris, on suit le destin de ces deux femmes confrontées aux épreuves de la vie. Un beau film sur l’amour, la mort et la famille, plein de jolies chansons d’Alex Beaupain interprétées par les acteurs.

9. “Aimer, boire et chanter” (“Life of Riley”)

D’Alain Resnais avec Sabine Azéma, Hippolyte Girardot. Dans ce film sorti trois semaines après sa mort, en mars 2014, Alain Resnais fait jouer encore une fois ses acteurs fétiches. Sur un ton très vaudevillesque, il raconte l’histoire de George Riley, un acteur de théâtre atteint d’une maladie et qui tente, en dernier recours, de séduire trois de ses amies.

8. “Le métis de Dieu” (“The Jewish Cardinal”)

De Ilan Duran Cohen avec Laurent Lucas, Aurélien Recoing. Un film sur la vie du cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris entre 1981 et 2005, catholique  né juif. Le scénario retrace son ascension au sein de l’église, son amitié avec Jean-Paul II, et son combat pour faire fermer un couvent basé à Auschwitz.

7. “Tip Top”

De Serge Bozon, avec Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain, François Damiens. Une enquête sur la mort d’un indic dans une petite ville de province du Nord. Un polar drôle et un peu loufoque, bien servi par deux excellentes actrices (Huppert et Kiberlain) qui jouent deux inspectrices de la “police des police”. Francois Damiens, qui interprète un flic de province, est toujours drôle.

6. “Un Amour de jeunesse” (“Goodbye first love”)

De Mia Hansen-Løve avec Lola Creton, Sebastian Urzendowsky. Une histoire d’amour passionnée, sur plusieurs années, entre deux ados d’aujourd’hui. Un joli film poétique et sensible, tourné entre Paris et l’Ardèche. Si Lola Creton est fascinante de sincérité et de naturel, l’acteur qui interprète l’adolescent est moins convainquant.

5. “La Chambre Bleue” (“Blueroom”)

De Matthieu Amalric, avec Matthieu Amalric et Léa Drucker. Un bon polar à suspense adapté d’un roman de Simenon. Un patron de PME, père de famille, retombe amoureux de son amour de jeunesse. Leur passion est dévorante… Jusqu’à un drame terrible.

4. “Le Capital” (“Capital”)

De Costa-Gravras, avec Gad Elmaleh, Bernard Lecoq, Natacha Regnier. Un thriller dans le monde de la haute-finance, entre Paris, New York et Miami. Gad Elmaleh, banquier parisien aux ambitions dévorantes, se retrouve aux prises avec un fonds spéculatif américain très puissant et vorace. Le film, qui peut être vu comme une critique de l’absurdité du système financier international, est haletant.

3. “Tirez la langue, Mademoiselle” (“Say Aah”)

D’Axelle Ropert, avec Louise Bourgoin, Cédric Kahn. Deux médecins généralistes parisiens, frères inséparables, tombent tous les deux amoureux de la mère célibataire d’une enfant qu’ils soignent. Il s’agit du second long-métrage d’Axelle Ropert, qui avait déjà réalisé l’excellent “La Famille Wolberg”, et signe une comédie qui reste dans la même veine.

2. “Yves Saint Laurent”

De Jalil Lespert. Avec Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Le biopic “officiel” sur Saint-Laurent, dont nous vous avions parlé ici est une plongée fascinante dans l’univers de la haute couture parisienne. Le réalisateur Jalil Lespert a eu accès aux archives personnelles d’YSL et utilisé certaines robes d’époque pour son film. Les deux acteurs principaux, issus de la Comédie Française (Niney et Gallienne) sont parfaits.

1. “Bande de filles” (“Girlhood”)

De Céline Sciamma, avec Karidja Touré, Assa Sylla. Le film de Céline Sciamma nous transporte dans le quotidien de Marieme, une jeune noire de 16 ans habitant dans une triste banlieue parisienne et qui apprend à grandir dans un univers hostile, misogyne et aux perspectives bouchées. Entre sa mère femme de ménage à La Défense et son frère violent, elle se laisse happer par les liens forts de sa “bande de filles”.