Deux ans de prison plutôt que dix pour le vandale de Picasso

Il ne fait pas bon s’en prendre à Picasso.

Après avoir tagué un taureau, un toréador et le mot “conquista” (conquête) sur un tableau de l’artiste franco-espagnol exposé à la Menil Collection de Houston en juin dernier, un étudiant en beaux-arts de l’université de Houston risquait jusqu’à dix ans de prison. Mardi, ayant décidé de plaider coupable, il a vu sa peine réduite à deux ans.

Filmé en flagrant délit (ci-dessous) par un visiteur du musée, Uriel Landeros avait fui au Mexique. Il n’est rentré qu’au début de l’année. Il justifie son geste comme un signe de protestation contre « le meurtre, le vol et la corruption ».

Le jeune homme ayant déjà effectué cinq mois de détention préventive, il devrait être rapidement libéré selon son avocate. Laquelle a souligné que l’acte n’était pas violent et que son client avait « compris » les conséquences de son acte pour l’œuvre, toujours en restauration.

La vidéo du délit :